•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une semaine au goût de hamburger

Un hamburger fait avec des beignes et contenant deux boulettes de  boeuf, du fromage et du bacon.

Le hamburger proposé par le restaurant St. James Burger & Chip Co contient du fromage et du bacon. Le pain y est remplacé par des beignes.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Du 1er au 7 septembre, de nombreux restaurants de Winnipeg mettent en vedette le hamburger grâce à une compétition culinaire encourageant les chefs à proposer des créations originales.

Chaque année, la Semaine du burger est organisée un peu partout au Canada et réunit bon nombre de restaurants locaux dans le but de gagner le titre du meilleur hamburger, un titre gagné par vote populaire.

Parfois, les restaurants nous maudissent gentiment parce qu’ils sont trop occupés, blague l’ambassadeur de la Semaine du burger de Winnipeg, Daniel Gurevich.

Un homme pose près d'un comptoir où se trouve un hamburger.

L'ambassadeur de la Semaine du Burger de Winnipeg, Daniel Gurevich.

Photo : Radio-Canada / Alana Cole

À Winnipeg, la compétition en est à sa septième année et connaît de plus en plus de succès. Lors de la première année, 20 restaurants ont participé. Ils sont, cette année, 124.

L’engouement semble également être là du côté des clients. L’an dernier, l’un des restaurants participants a vendu 2000 hamburger pendant la semaine. Le NuBurger situé à La Fourche, lui, en a vendu 4000, s’exclame Daniel Gurevich.

C’est parmi les semaines les plus occupées de l’année, confirme le copropriétaire du restaurant NuBurger, Marc Priestley, qui avoue même gérer les demandes de vacances de ses employés en prenant en compte l’événement.

Nous sommes dans une industrie extrêmement compétitive où ce n’est pas toujours facile de tirer son épingle du jeu. C’est bien d’avoir une semaine comme celle-ci où nous savons que nous serons occupés et que nous en profiterons un peu, ajoute-t-il.

Des hommes et des femmes habillés de noir posent devant le comptoir d'un restaurant.

Le copropriétaire de Nuburger (troisième à partir de la droite) pose en compagnie d'employés du restaurant.

Photo : Radio-Canada / Alana Cole

Marc Priestley avoue que les ventes élevées faites pendant cette semaine sont un facteur déterminant dans la décision de payer les 600 dollars exigés pour pouvoir participer, mais que la compétition amicale qui s’est installée l’est aussi.

Ça nous donne la chance d’être créatifs et d’offrir un plat spécial, ce que nous ne pouvons pas toujours faire dans notre quotidien, souligne Marc Priestley.

Le propriétaire du restaurant St.James Burger & Chip Co., Ravi Ramberran, est lui aussi excité de participer.

Un homme portant un chandail noir où est inscrit les mots St.James avec deux assiettes contenant des hamburgers et des frites dans ses mains.

Le propriétaire du restaurant St. James Burger & Chip Co. owner. Ravi Ramberran.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

L’an dernier, lors de sa première participation à l’événement, le restaurant n’était ouvert que depuis quelques mois et n’était pas très occupé. La Semaine du burger a changé la donne.

De l’ouverture jusqu’à la fermeture nous étions pleins , se rappelle-t-il. La semaine lui a permis de faire l’équivalent d’un mois de ventes.

Il est donc de retour cette année avec une nouvelle création où le pain est remplacé par des beignes.

Avec des informations d'Alana Cole

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !