•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rentrée sous le signe des compressions pour les étudiants ontariens

Photo d'étudiants marchant près de l'enseigne de l'Université York.

L'aide financière aux étudiants a été réduite.

Photo : CBC

Radio-Canada

Les droits de scolarité des étudiants des universités et collèges ontariens diminuent cette année, mais l’aide financière gouvernementale qu’ils reçoivent aussi.

Plus tôt cette année, le gouvernement conservateur a annoncé une réduction de 10 % des frais de scolarité. Il a aussi déclaré que le Régime d’aide financière aux étudiants n’était pas viable et que sa priorité devait être d’aider les plus pauvres.

Résultat : les étudiants dont la famille a un revenu de 140 000 $ et plus ne sont plus admissibles au programme d’aide financière. Auparavant, le plafond était de 175 000 $.

Autre conséquence de la réforme, des étudiants un peu plus fortunés qui ont tout de même droit à l’aide financière recevront beaucoup moins d’argent cette année.

Des jeunes traversent la rue sous une passerelle qui relie deux bâtiments.

La province a réduit le budget du Régime d’aide financière aux étudiants.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Cela a été une grande source de stress pour Daniel Mutton, un étudiant de deuxième année en mécanique automobile au Collège du Niagara. Il a appris qu’il recevrait 5000 $, soit beaucoup moins que les 14 000 $ de l’an dernier.

L’aide du gouvernement lui permettrait de payer ses droits de scolarité et d’acheter le matériel nécessaire, mais pas de couvrir ses frais de subsistance et de payer son loyer pendant plus de deux mois.

J’étais dévoré par le stress; j’ai cru que je devrais peut-être abandonner mes études, a-t-il raconté.

Daniel Mutton a finalement obtenu une marge de crédit.

Le gouvernement libéral précédent avait augmenté le nombre de bourses disponibles et éliminé les droits de scolarité à partir de 2017 pour les étudiants les plus pauvres qui fréquentaient un collège ou une université.

La vérificatrice générale avait constaté que le coût du programme avait augmenté de 25 % et prévenu qu’il pourrait atteindre 2 milliards de dollars en 2020-2021.

Les conservateurs ont effectué des compressions de 670 millions de dollars, selon les chiffres du budget provincial du printemps, pour ramener le coût du programme à 1,4 milliard.

Deux hommes en complet bleu

Le ministre de la Formation et des Collèges et Universités, Ross Romano, et le premier ministre Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le ministre provincial des Collèges et Universités, Ross Romano, fait valoir que les coûts du programme explosaient.

M. Romano dit qu’il compatit avec les étudiants, puisqu’il a lui-même profité du programme et eu jusqu’à trois emplois à la fois quand son prêt était insuffisant.

Je comprends les objections des étudiants actuels, dit-il, mais j’espère qu’ils comprennent que le programme doit être là pour les étudiants de demain.

D'après La Presse canadienne

Éducation

Société