•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Condamnée, l'église du Très-Saint-Sacrement fait résonner ses cloches une dernière fois

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'église du Très-Saint-Sacrement

L'église du Très-Saint-Sacrement est fermée définitivement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les fidèles de l'église du Très-Saint-Sacrement ont eu droit à une dernière messe à l'intérieur, dimanche, même si le bâtiment est condamné depuis plus d'un mois pour des raisons de sécurité. Un risque calculé pour les paroissiens en deuil.

Les murs de l'église construite en 1920 ont fait écho à une dernière cérémonie liturgique, célébrée pour l'occasion par le prêtre Marc Pelchat.

Pour cette dernière messe, la paroisse a informé la Ville de Québec qu'elle ferait exception aux mesures de sécurité mises en place à la fin juillet, quand l'église a été fermée d'urgence en raison de l'instabilité de sa structure.

La cérémonie, intime, était sur invitation seulement pour éviter de mettre en danger une grande foule a précisé Mgr Pelchat.

L'émotion était palpable chez les citoyens présents.C'est un moment très triste. On l'a ouverte un jour, il y a 100 ans pour celle-ci... c'est triste, a commenté l'évêque auxiliaire, entourés de fidèles sur le perron de l'église.

Intérieur de l'église du Très-Saint-Sacrement

Intérieur de l'église du Très-Saint-Sacrement

Photo : Radio-Canada

Parmi ces paroissiens de la première heure se trouvait le conseiller municipal Yvon Bussières, qui a été ministre de la communauté chrétienne au sein de la paroisse du Très-Saint-Sacrement.

Ce dernier a un attachement particulier envers cette église, son grand-père ayant assisté à son ouverture en 1924, a-t-il confié. L'élu y a célébré son mariage et y a été baptisé.

Le conseiller a réclamé à plusieurs reprises que le bâtiment soit désigné patrimonial pour éviter sa démolition. Il a réitéré cette volonté dimanche.Il est minuit moins une, a-t-il dit, demandant à nouveau à la ministre de la Culture, Nathalie Roy, d'intervenir.

Sort incertain

La messe de dimanche en était une de fermeture au culte.

Prochainement, l'archevêque de Québec reléguera par décret l’église à l'état profane, ce qui ouvrira la porte à toutes sortes de scénarios. Ce sera un bâtiment qui pourra être transformé, acquis par un nouveau propriétaire... transformé ou démoli, a dit M. Pelchat. L'église est déjà mise en vente,

De première pierres de l'église s'étaient effondrées en 2017, braquant les projecteurs sur son état de dégradation avancée.

L'un des clochers sera partiellement démoli avant l'hiver, toujours pour des raisons de sécurité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !