•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trafic de drogue : Nutashkuan pourrait bannir les vendeurs

Pancarte contre la drogue à Nutaskuan.

La communauté innue de Nutashkuan se mobilise pour lutter contre le trafic et la consommation de drogue.

Photo : Radio-Canada / Djavan Habel-Thurton

Radio-Canada

La communauté innue de Nutashkuan se mobilise pour accentuer la lutte contre le trafic et la consommation de drogue. Plusieurs pistes de solution sont considérées, dont le bannissement des trafiquants du territoire de la communauté.

Les amphétamines font particulièrement des ravages dans la communauté, selon Édouard Kaltush, un intervenant en toxicomanie au Centre de santé et services sociaux Tshukuminu Kanani.

Pour lutter contre ce fléau , la communauté considère la possibilité de bannir les trafiquants de son territoire.

En août, des centaines de résidents de Nutashkuan se sont montrés favorables à cette mesure, dans le cadre d’une rencontre regroupant des acteurs politiques et des responsables de la santé et des services sociaux de plusieurs communautés.

Pancarte de bienvenue dans la communauté de Nutashkuan.

Nutashkuan envisage de bannir les trafiquants de stupéfiants de son territoire.

Photo : Radio-Canada / Djavan Habel-Thurton

Une résolution propose de bannir des membres contrevenants de la communauté pendant cinq ans et de bannir à vie les trafiquants provenant de l'extérieur.

La mesure doit toutefois être adoptée par le conseil de bande, où elle ne fait pas l’unanimité. Le conseil serait toujours en discussion à ce sujet, selon M. Kaltush.

En cas d’adoption, la mesure pourrait également être contestée devant les tribunaux.

C’est le conseil de bande qui a l'autorité pour adopter son règlement, explique l’avocate Élodie Drolet. Mais dans la mesure où un individu contesterait le règlement, les tribunaux pourraient être amenés à statuer sur la validité de ces règlements.

Par exemple, un individu pourrait invoquer que le règlement va bafouer les droits protégés par la Constitution, ajoute-t-elle. À ce moment, les tribunaux seraient appelés à regarder le règlement pour s'assurer que c'est conforme à la Constitution.

Urgence d’agir contre le fléau de la drogue

Si l’adoption de cette mesure demeure incertaine, la communauté souhaite trouver des solutions pour réduire la consommation de drogues dans la communauté, assure M. Kaltush. La rencontre traitant de l'enjeu des drogues dures s'est tenue au début du mois d’août, et devrait se répéter dans quelques mois dans une autre communauté de la Côte-Nord.

L’objectif, c’était de rassembler les gens et leur dire : maintenant il faut agir.

Édouard Kaltush, intervenant en toxicomanie
Un cimetière dans la communauté de Nutashkuan.

La consommation de drogues dures provoque des décès dans la communauté innue de Nutashkuan, selon l'intervenant Édouard Kaltush.

Photo : Radio-Canada

Il y a urgence d’agir, selon M. Kaltush, qui calcule que, chaque semaine, un jeune de la communauté est transporté à l’urgence en raison de la drogue. Ça brise leur vie, ils sont malades de ça, dit celui qui a déjà vécu lui-même des problèmes de consommation il y a plus de 25 ans et qui mise sur la prévention pour faire changer les choses.

La drogue provoque des séquelles physiques et psychologiques et des décès à Nutashkuan, mais aussi dans plusieurs autres communautés innues, plaide-t-il.

Il explique que des activités de sensibilisation sont effectuées dans les écoles et que les jeunes sont souvent amenés à faire des sorties en nature, où les dangers liés à la drogue sont abordés.

Selon un reportage de Djavan Habel-Thurton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !