•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d’Edmonton satisfaite de son projet pilote sur la collecte de matières organiques

Une benne ordures lève un bac de couleur vert.

Collecte des matières organiques dans le quartier Brintnell.

Photo : Radio-Canada / Natasha Riebe

Radio-Canada

Les premiers mois d’un projet pilote qui vise à revoir le système de gestion des déchets organiques dans la capitale albertaine sont un succès, selon la Ville d’Edmonton.

Le projet pilote inclut 8 000 logements d’une douzaine de quartiers. Les résidents doivent trier leurs ordures ménagères afin d’en séparer les matières organiques. 

L’administration de la Ville indique que seulement 13 maisons ont refusé de participer. Parmi ceux qui ont accepté, 75% a utilisé le système correctement.

Ce projet pilote était un premier pas vers la nouvelle stratégie de la Ville qui souhaite éviter à 90% des ordures ménagères de se retrouver dans les dépotoirs. Une cible ambitieuse alors que l’an dernier moins de 40% des ordures ménagères ont évité le dépotoir.  

La stratégie a été votée la semaine dernière et dépend en grande partie sur l’effort des résidents à séparer les matières organiques, des matières recyclables et déchets.

Karl Kuss vit dans le quartier Beacon Heights et participe au projet pilote. Il a été étonné de constater la différence dans la quantité de déchets qu’il jette.

Un homme avec un petit contenant dans les mains en vide le contenu dans une poubelle verte.

Karl Kuss, un résident du quartier Beacon Heights, fait le tri de ses matières organiques.

Photo : Radio-Canada / David Bajer

Avant, sa femme et lui remplissaient deux ou trois sacs de poubelle par semaine. Maintenant qu’ils trient ce qu’ils jettent, ils n’en remplissent qu’un ou deux toutes les deux semaines.

« C’est incroyable. Quand je regarde ce qui se fait ailleurs au pays, je me rends compte que nous étions un peu en retard, mais nous sommes maintenant sur la bonne voie », dit-il.

Fatima Fernandez participe elle aussi au projet pilote. La résidente du quartier Brintnell admet qu’il lui a fallu s’adapter.

« Au début, c’est un peu stressant de ne pas toujours savoir quoi mettre de côté, mais une fois habituée c’est quand même facile », admet-elle.

Depuis le début du projet pilote en avril, près de 1000 tonnes de déchets organiques ont évité le dépotoir.

L’été prochain, 250 000 résidences supplémentaires auront la chance de joindre le projet pilote.

Avec les informations de Natasha Riebe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !