•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté franco-yukonnaise peine à répondre au principal besoin de ses immigrants

Façade d'un bâtiment avec un drapeau sous le soleil.

L'Association franco-yukonnaise est l'organisme porte-parole des quelque 4500 francophones et francophiles du Yukon.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Claudiane Samson

Les organismes francophones de Whitehorse sont invités, mercredi, à réfléchir à l’amélioration des services offerts à leurs membres dans le cadre de l’initiative fédérale « communauté francophone accueillante ». Le besoin principal des immigrants francophones ne sera toutefois pas abordé lors de cette rencontre en raison des critères de financement.

Selon les consultations menées par l’Association franco-yukonnaise (AFY) auprès des immigrants en prévision de la rencontre de mercredi, la grande majorité des nouveaux arrivants de Whitehorse ont des visas temporaires et ont surtout besoin d’aide pour naviguer à travers le système de l’immigration.

L’agente en immigration Jeanne Brais-Chaput explique toutefois que le projet de « communauté francophone accueillante », financé par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), ne s’applique pas aux nouveaux arrivants munis de visas temporaires.

Une femme dans un couloir sourit à la caméra.

Jeanne Brais-Chaput est agente d'immigration à l'Association franco-yukonnaise.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Les plus grandes difficultés de l’immigration francophone sont liées aux démarches administratives avec IRCC. Par contre, je ne pense pas qu’on ait beaucoup de pouvoir là-dessus. Donc, ce n’est peut-être pas là-dessus que vont se diriger nos principales actions.

Jeanne Brais-Chaput, agente d'immigration, Association franco-yukonnaise

La situation, admet l’agente, est particulière aux territoires du Nord. L’AFY affirme voir une nette augmentation du nombre d’immigrants temporaires ces dernières années, soit une cinquantaine par année.

Toutefois, aucune autorité n’enregistre de données exactes pour cette clientèle, ni les consulats, ni le fédéral. Statistique Canada confirme ne pas avoir de données sur le nombre d'immigrants qui parlent français.

Des démarches « floues »

Marie Hammje est arrivée au Yukon après un séjour à Vancouver avec un Permis Vacances-Travail (PVT). La Française est maintenant en route vers Dawson pour y tenter sa chance.

Elle a dû, à regret, quitter un emploi dans son domaine en raison de son visa temporaire. « Ça nous a pris un peu de temps avec les ressources humaines pour comprendre qu’en fait ce n’est pas possible [d'y travailler] et que c’est compliqué [le programme] mobilité francophone avec le gouvernement. Donc, j’ai dû arrêter. »

Elle croit que, tant du côté des employeurs que de celui des nouveaux arrivants, les dédales administratifs des différents programmes d’immigration sont un obstacle à la rétention d’immigrants francophones.

Égoportrait d'une femme derrière un volant de voiture.

Marie Hammje est arrivée au Yukon avec un visa temporaire, mais espère pouvoir trouver le moyen d'immigrer.

Photo : Marie Hammje

J’ai l’impression que personne ne sait l’ensemble des programmes disponibles et ce n’est pas évident de parler au fédéral non plus. Donc, tout est un peu flou pour moi. [...] Je pense qu’il faudrait un vrai service de conseils en immigration.

Marie Hammje, PVTiste

Le cas de Marie Hammje est typique, selon Sophie Delaigue, qui a travaillé dans le domaine de l’immigration tant auprès de l’AFY que du gouvernement du Yukon.

Une femme sourit à la caméra.

Sophie Delaigue, elle-même immigrante d'origine française, a travaillé auprès des immigrants au Yukon pendant de nombreuses années.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Il y a sûrement une responsabilité du gouvernement du Canada d’être plus flexible par rapport à ses critères d’admissibilité des immigrants parce que c’est certain que les immigrants qui arrivent avec un statut temporaire [représentent] un potentiel énorme [pour le] Yukon [et pour] le Canada.

Sophie Delaigue, travailleuse indépendante

Elle ajoute que les organismes tels que l’AFY sont pieds et poings liés. « L’Association franco-yukonnaise, en tant que telle, ne peut rien faire parce qu'elle est aussi dépendante des financements qu’elle a et elle doit répondre à ses financeurs. »

« On va accueillir tout le monde »

Sophie Delaigue croit que, à défaut de répondre aux véritables besoins, il faut se replier sur l’aspect social avec un accueil à l’aéroport, de l’aide au logement ou des activités qui reflètent la culture d’origine.

« C’est vrai que c’est un peu ridicule que les critères d’admissibilité ne comprennent pas les services pour les immigrants temporaires. C’est une réalité, et tout le monde fait face à ça. »

La directrice du développement économique de l’AFY, Édith Bélanger, affirme que l’initiative « communauté francophone accueillante » demeure positive.

Deux femmes discutent dans un bureau.

Dans les locaux de l'Association franco-yukonnaise, Edith Bélanger, du Développement économique, et Jeanne Brais-Chaput, du secteur de l'Immigration, discutent du programme fédéral « Communauté francophone accueillante ».

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

On va accueillir tout le monde! Même si notre clientèle [se limite aux] résidents permanents, ça va bénéficier à tout le monde, qu’ils soient immigrants ou même migrants. Si les services sont là, si l’accueil est mis en place, je pense que ça va bénéficier quand même à tout le monde.

Édith Bélanger, directrice, Développement économique, Association franco-yukonnaise

« On peut espérer que les critères vont changer [et] on aimerait ça, mais, pour l’instant, ce n’est pas le cas. Dans tout ça, par contre, on va les accueillir quand même, les gens, mais avec du financement qui ne vient pas d’IRCC. »

À ce sujet, Marie Hammje affirme avoir été agréablement surprise à son arrivée.

En arrivant à Whitehorse, on a vraiment l’impression qu’il y a une communauté francophone, c’est sûr, et puis les services de l’AFY sont plutôt géniaux, quoi. C’est la première fois que j’arrive quelque part et qu’on me propose des entretiens gratuits, qu’on m’aide à découvrir la ville et à m’installer. Enfin, je trouve ça assez exceptionnel.

Marie Hammje, PVTiste

Grand-Nord

Francophonie