•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle à l’heure des légendes et des contes à dormir debout

La Petite École avec des roches polies à l'avant-plan

Le festival est présenté à la Petite École de Nouvelle.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Joane Bérubé

Le festival gaspésien de contes et légendes en baie des Chaleurs se poursuit jusqu’à dimanche. L’événement est aussi une occasion de revisiter l’histoire orale du secteur de Nouvelle.

Le Festival de contes en Baie-des-Chaleurs se veut le petit frère de la péninsule sud du Festival gaspésien de contes et légendes qui se déroule aussi en fin de semaine à Mont-Louis à la Pointe sec, sur le versant nord de la péninsule.

Si le festival de Mont-Louis en est à sa septième année, celui de Nouvelle présente son second évènement.

Le festival s’est ouvert, vendredi soir, devant une salle pleine pour entendre Abel Maldemay (Fernand Alain). C'est très représentatif de notre littérature orale, du côté sud, surtout de certains patois qui se parlent encore chez les personnes plus âgées, relève un des organisateurs de la version Baie-des-Chaleurs, Marc Fraser.

Le festival sera aussi une manière de rendre hommage à certaines figures du passé, qui ont marqué la petite histoire de Nouvelle.

Sous forme de revenants, ces personnages apparaîtront en première partie des spectacles du festival.

Parmi ces cinq fantômes, les gens pourront découvrir la première maîtresse de la petite école de Nouvelle qui viendra enseigner les bonnes manières ou bien Antoine Plourde, fermier et propriétaire des terres où se trouve aujourd’hui le parc fossilifère de Miguasha.

Ce sont des gens qui ont été d’époques importantes, comme la pêche commerciale au saumon et à l’éperlan, la colonie de Brébeuf , ajoute M. Fraser qui a pu concocter cette partie de la programmation grâce au soutien de la Ville de Nouvelle.

Le festival gaspésien de conte et légendes en Baie-des-Chaleurs présentera samedi le spectacle de Robert Seven Crows, un « bois brûlé », à la fois mi'gmaq et acadien, qui utilise ses origines comme principales sources d’inspiration. Un après-midi de contes pour enfants est aussi au programme dimanche.

Philippe Garon en performance sur scène.

Le conteur Philippe Garon

Photo : courtoisie

Le festival se terminera avec la prestation du conteur Phillippe Garon de Bonaventure, qui sera accompagné du violoniste acadien Martin Henry.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Arts de la scène