•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« C’est un fléau » : l'intimidation aggrave la pénurie d'arbitres en Outaouais

Des enfants sont accroupis et écoutent les conseils de leur entraîneur de soccer.

Des enfants sont accroupis et écoutent les conseils de leur entraîneur de soccer.

Photo : iStock

Radio-Canada

Ils sont hués, insultés ou même brusqués sur le terrain. Les arbitres de soccer doivent souvent faire face à des joueurs ou à des supporters un peu trop fébriles. Soccer Outaouais juge toutefois que sa campagne de sensibilisation, lancée récemment, a eu un impact « fulgurant ».

L’intimidation dans le sport, c’est un fléau, affirme d’emblée le directeur général de Soccer Outaouais, Richard Gravel.

Il explique que l’idée de lancer une campagne de sensibilisation est venue après avoir observé l’existence d’une dynamique malsaine pour les arbitres sur le terrain. Selon M. Gravel, des épisodes d’intimidation répétés pousseraient bon nombre d’arbitres à quitter les rangs de Soccer Outaouais.

On a commencé à vérifier le taux de rétention des arbitres, à savoir combien on en perd [...] Ce qui revenait le plus souvent, c’était l’intimidation des joueurs, des parents, des entraîneurs, explique M. Gravel.

La situation est d’autant plus problématique que Soccer Outaouais vit une pénurie d’arbitres qui a forcé le report de quelques matchs cette année.

Il faut protéger les arbitres, parce que sans arbitre, il n’y a pas de jeu.

Richard Gravel, directeur général, Soccer Outaouais

Une subvention de la province

Soccer Outaouais a reçu une subvention de 45 000 $ du gouvernement québécois pour produire une série de quatre capsules destinées aux réseaux sociaux.

Les capsules — d’abord destinées à la région de l’Outaouais — ont été diffusées dès le 22 juillet dernier.

En deux jours, la première capsule a été utilisée à travers la province du Québec pour plusieurs sports différents : le hockey, le baseball, le kickball. Tout le monde a adopté cette capsule, raconte Richard Gravel.

La Fédération du soccer du Québec a ensuite redistribué la capsule dans ses 328 clubs, lui permettant d’être visionnée par des dizaines de milliers de personnes.

Il ne faut pas lâcher le morceau.

Richard Gravel, directeur général, Soccer Outaouais

Soccer Outaouais a l’intention de poursuivre son combat contre l’intimidation. Son directeur général affirme qu’il demandera une autre subvention l’an prochain « pour continuer à travailler là-dessus ».

Avec les informations de Kim Vallière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !