•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dramaturge québécois Jean Barbeau est mort

Une photo en noir et blanc de l'auteur dramatique Jean Barbeau.

Le dramaturge québécois Jean Barbeau en 1970

Photo : Fonds L'Action catholique

Radio-Canada

Jean Barbeau, un des auteurs de théâtre québécois les plus prolifiques, est mort à l’âge de 74 ans, a-t-on appris jeudi.

Né le 10 février 1945 à Saint-Romuald, un des quartiers de la ville de Lévis, Jean Barbeau a connu ses plus grands succès au cours des années 1970 et 1980 avec des pièces de théâtre satiriques qui utilisaient le joual pour traiter avec humour des différentes tensions s'exprimant à travers la langue et la culture au Québec.

Si certaines de ses pièces adoptent un ton résolument comique, comme Manon Lastcall (1972) et Joualez-moi d'amour (1972), d'autres œuvres décrivent de façon plus dramatique les victimes psychologiques du malaise de la province, comme Le chemin de Lacroix, Goglu et Ben-Ur, toutes publiées en 1971. Cette dernière connaît par ailleurs un succès d'édition, avec plus de 30 000 exemplaires vendus en librairie.

La plupart de ses pièces ont été produites à travers toute la province et à l'étranger, dans leur version originale, en traduction ou en adaptation.

À partir de la fin des années 1970, Barbeau s'aventure dans des thèmes plus larges avec des pièces comme Le jardin de la maison blanche (1979) et L'Abominable Homme des sables (1989).

Depuis 1989, l'auteur s'était fait plus discret, délaissant le théâtre. Il a écrit quelque temps pour la radio et la télévision dans les années 1990 et a été le coscénariste du premier long métrage acadien indépendant, Le secret de Jérôme, sorti en 1994.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Théâtre

Arts