•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti libéral du Canada révoque la candidature d'Hassan Guillet

Hassan Guillet sourit.

Le B’nai Brith a déterré d’anciennes déclarations jugées « antisémites et anti-israéliennes » d'Hassan Guillet.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Parti libéral du Canada (PLC) a retiré la candidature de l’ancien imam Hassan Guillet après que le B’nai Brith eut déterré d’anciennes déclarations jugées « antisémites et anti-israéliennes ».

L’organisme international de défense des droits des Juifs a reproduit des messages publiés sur les médias sociaux par M. Guillet, qui ont depuis été effacés.

Dans un de ces messages, daté du 8 juillet 2017, et retransmis par le B'nai Brith, M. Guillet salue la libération, après neuf mois dans une prison de la Palestine occupée, de Raed Salah, qu'il qualifie de résistant et de djihadiste.

Nous félicitons le cheikh Salah pour sa libération et sa résistance. [...] Nous demandons à Dieu qu'il accélère la libération de tous les prisonniers ainsi que celle de la mosquée Al-Aqsa et de toute la Palestine, écrit-il en arabe, selon le B'nai Brith.

En fin d’après-midi vendredi, le PLC a annoncé avoir révoqué la candidature de M. Guillet dans la circonscription montréalaise de Saint-Léonard–Saint-Michel.

Justin Trudeau et l’équipe libérale s’opposent fermement aux propos antisémites, haineux, racistes, islamophobes, homophobes, sexistes et à toute forme de discrimination, a indiqué un porte-parole du parti par voie de communiqué. Le Parti libéral condamne toute forme de discrimination, et nous nous attendons toujours à ce que nos candidats fassent de même.

Le B’nai Brith a également mis de l’avant une entrevue accordée par M. Guillet à Radio-Canada International en espagnol, en décembre 2017, au sujet de la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Un autre motif est son gendre, Jared Kushner, un juif ultra-orthodoxe et un intégriste, pro-Israël. Pendant les élections, M. Trump a dit "America First" [...] mais maintenant, avec son gendre, c'est changé en "Israel First", aurait déclaré M. Guillet, toujours selon la traduction du B'nai Brith.

Dans une entrevue accordée à La Presse canadienne, le directeur général du B’nai Brith, Michael Mostyn, indique que prétendre que des citoyens ont une loyauté double parce qu'ils sont juifs, qu'ils sont loyaux à Israël et au pays dont ils détiennent la citoyenneté, est une autre métaphore antisémite classique.

M. Mostyn a également reproché au PLC de ne pas avoir répondu aux appels de son organisme depuis plus d’une semaine.

Du côté des libéraux, on fait valoir que le processus d’enquête interne aurait duré des semaines.

Excuses et précisions

Hassan Guillet a également réagi vendredi en précisant que tous ceux qui me connaissent, personnellement ou par mes œuvres, savent que je suis contre la haine, le racisme, l’antisémitisme et la violence, indépendamment de l’identité des auteurs ou des victimes.

Si ces déclarations pouvaient être considérées [comme] offensantes [pour] certains de mes concitoyens de confession juive, je m’en excuse, a ajouté M. Guillet, tout en rappelant ses engagements « interconfessionnels » au cours des derniers mois.

D'après lui, une solution au conflit israélo-palestinien doit être trouvée dans la dignité et le respect de tous. Nous, comme Canadiens, on ne peut que sympathiser avec les victimes de tous les côtés, mais on ne peut pas imposer une solution. Il faut que la solution vienne des gens directement impliqués.

M. Guillet dit adhérer aux valeurs canadiennes et aux valeurs du Parti libéral du Canada d'inclusion, de tolérance, d'ouverture et de respect. Il s'engage à soutenir la position de [son] parti de neutralité et d'engagement positif auprès des parties concernées sur le chemin de la recherche d'une solution pacifique qui arrête le cycle de la violence et qui aide les gens de la région à trouver la paix et la prospérité.

Hassan Guillet est notamment connu pour avoir prononcé le sermon lors des funérailles des victimes de la tuerie à la grande mosquée de Québec en 2017.

Le Parti conservateur du Canada a de son côté fait valoir que nombre de ces propos répugnants sont des attaques haineuses et directes envers l'un des plus solides alliés du Canada au Moyen-Orient.

En mai, M. Guillet a obtenu l'investiture libérale dans la circonscription montréalaise, traditionnellement représentée par un candidat d'origine italienne.

La lutte avait été chaudement disputée. Deux autres candidats, Patricia Lattanzio, une conseillère d'arrondissement à Saint-Léonard, et Francesco Cavaleri, un notaire, se présentaient contre M. Guillet. La soirée d'investiture avait attiré plus de 1200 militants.

Notre dossier Élections Canada 2019
Avec les informations de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique