•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une hausse de salaire sous l'inflation pour les employés de la Sépaq

Des grévistes de la Sépaq soufflent dans des trompettes.

Des employés de la Sépaq ont manifesté plus tôt cet été devant l'Assemblée nationale à Québec.

Photo : Radio-Canada

Alexandre Duval

Alors que les 2500 employés de la Sépaq finissent de voter sur l'entente de principe conclue en juillet avec la partie patronale, Radio-Canada a appris que les hausses de salaire proposées n'atteindraient que 5 % sur 5 ans, soit bien moins que ce que réclamait la partie syndicale.

Selon nos sources, des employés à qui l'entente de principe a été présentée au cours des trois dernières semaines sont déçus de son volet financier. Ils estiment que cela correspond à une diminution de leur pouvoir d'achat.

Les plus récentes données de Statistique Canada montrent en effet que le taux d'inflation pour le Québec en juillet 2019 était de 2,2 %. Pour toute l'année 2018 au Canada, le taux d'inflation atteignait 2,3 %.

Le président général du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), Christian Daigle, ne confirme pas ni n'infirme nos informations. Il rappelle toutefois que l'entente de principe ne comprend pas que la question du salaire.

Il y a de l'argent également dans le [volet] normatif pour certaines conventions collectives, explique-t-il, donc si on met tout ça ensemble, pour certains, ça répond à leurs besoins, pour d'autres, peut-être qu'ils pensaient avoir plus.

On va attendre la fin de la tournée avant de commenter quoi que ce soit.

Christian Daigle, président général du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

Christian Daigle, président général du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

Rattrapage possible

Selon nos informations, la hausse de salaire pour l'année en cours serait de 2 %. En 2020, aucune augmentation de salaire n'est prévue (0 %). Toutefois, la rémunération des employés serait uniformisée à travers les 60 établissements de la Sépaq cette année-là; cet ajustement se traduirait donc par une hausse pour plusieurs d'entre eux.

Pour les trois dernières années de la convention collective, soit 2021, 2022 et 2023, la hausse salariale serait limitée à 1 % par année. Or, une clause de parité salariale de la fonction publique aurait été acceptée pour ces trois années.

Autrement dit, si la fonction publique du Québec obtient des augmentations supérieures à 1 % dans leur prochaine convention collective, les employés de la Sépaq auront droit au même traitement.

L'issue du vote incertaine

Depuis trois semaines, des représentants syndicaux sillonnent le Québec pour présenter l'entente de principe et faire voter les employés de la Sépaq. Plus d'une centaine de rencontres ont eu lieu depuis le 12 août; la dernière a lieu mardi soir à Anticosti.

Dans les journées qui vont suivre, nous serons capables de commenter et de donner les résultats à nos dirigeants en premier lieu et par la suite à l'ensemble des gens, indique Christian Daigle.

Étant donné que le volet salarial déçoit bon nombre d'employés, l'issue du vote peut sembler incertaine. C'est d'autant plus vrai qu'une double majorité est nécessaire pour que l'entente soit acceptée.

Six des neuf groupes d'employés que compte la Sépaq – qui ont chacun leur propre convention collective – doivent en effet approuver cette attente. Conjointement, ils doivent représenter au moins 60 % des 2500 employés de la Sépaq.

Si jamais l'entente est refusée, les comités de négociation auront à se rasseoir avec l'employeur.

Christian Daigle, président général du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

Tout d'abord, on aura un travail à faire à l'interne à savoir ce qui a manqué ou qu'est-ce qui manque pour que ça puisse être acceptable comme entente de principe avant de refaire une tournée, souligne Christian Daigle, dans l'éventualité d'un rejet.

On aura par la suite à aller rencontrer l'employeur pour se rasseoir à la table de négociation pour voir c'est quoi les possibilités.

La convention collective des employés de la Sépaq est échue depuis le 31 décembre 2018. La Sépaq n'a pas voulu accorder d'entrevue avant de connaître le résultat du vote de ses employés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Relations de travail