•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'un an de retard pour la nouvelle offre alimentaire au CISSS de l’Outaouais

De la nourriture sur une table.

La nouvelle offre alimentaire au CISSS de l’Outaouais n'est pas au menu de tous les établissements.

Photo : Radio-Canada

Laurie Trudel
Antoine Trépanier

Radio-Canada a appris que le tiers des patients en CHSLD n'ont toujours pas accès aux nouveaux menus annoncés en grande pompe par la direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais en janvier dernier.

Le gouvernement provincial, sous les libéraux et l'ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait pourtant demandé que la révision de l'offre alimentaire soit implantée avant la fin de 2018, partout au Québec.

Des documents obtenus grâce à la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels révèlent que des problèmes logistiques repoussent l'arrivée des nouveaux menus au Foyer du Bonheur, à La Pietà, aux centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) de la Vallée-de-la-Lièvre et de la Petite-Nation et à l'Hôpital de Papineau dans l'unité de longue durée.

L'objectif de la nouvelle offre alimentaire est de diversifier l'offre de repas pour les aînés, d'améliorer la qualité de la nourriture et d'assurer une meilleure sécurité alimentaire, avec un système informatisé des dossiers des patients.

Or, le tiers des CHSLD de la région attendent toujours que cette offre alimentaire soit bonifiée.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais disait vouloir profiter des nouvelles exigences de Québec pour revoir son offre alimentaire dans l'ensemble de ses 21 installations, en centralisant également les centres de production de la nourriture à trois endroits.

Une annonce en ce sens avait été faite en janvier dernier.

L'implantation des nouveaux menus est effectuée dans les installations du Pontiac, des Collines de l'Outaouais et dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis mai 2018, mais des retards empêchent le CISSS de réaliser son projet dans les délais prescrits.

Des travaux qui prennent du temps

En entrevue à Radio-Canada, la directrice adjointe des services techniques et de la logistique au CISSS de l’Outaouais soutient que les échéanciers étaient agressifs, et que des retards dans la construction et sur le plan mécanique ont repoussé les délais.

D’ici janvier 2020, l’ensemble de nos installations vont être couvertes avec la nouvelle offre alimentaire, prévoit Julie Whissell.

Par ailleurs, les retards touchent aussi l’implantation des mets texturés qui devaient faire leur apparition au printemps. Mme Whissell soutient que les travaux au Centre d’expertise situé à l’Hôpital de Gatineau ne sont pas terminés. Les plans et devis sont en cours et l’aménagement de ce service devrait commencer sous peu, selon Mme Whissell.

Le centre d’expertise, c’est certain que nous on voudrait qu’il soit en place au printemps. On aimerait beaucoup commencer à offrir les mets texturés dès le mois de mai, dit-elle.

La nourriture est-elle vraiment meilleure?

Le président du Conseil pour la protection des malades, Paul Brunet, trouve dommage qu’on ait promis une nouvelle offre alimentaire aux aînés de la région, mais qu’on retarde le projet d’environ un an pour le tiers d’entre eux.

C’est triste, mais encore faut-il que quand ce sera déployé, qu’on y goûte et qu’on en mange. Si c’est si bon que ça, il n’y a aucune raison pour que les gestionnaires et le personnel n’en mangent pas. Ça ne se peut pas.

Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades
Paul Brunet en entrevue.

Le président, Conseil pour la protection des malades, Paul Brunet

Photo : Radio-Canada

Paul Brunet a toutefois des réserves sur cette nouvelle offre alimentaire bonifiée. Il se demande si la nourriture qu’on sert aux patients est vraiment meilleure que dans les dernières années.

Je circule et je parle régulièrement à beaucoup de monde dans plusieurs régions, dont la vôtre; c’est modulaire, on ne sait pas trop des fois si la nouvelle offre est implantée ou pas, parce que ça ne goûte pas nécessairement meilleur qu’avant, conclut-il.

Avec les informations de Daniel Boily

Ottawa-Gatineau

Nutrition