•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 35 ans, Brian Mulroney devenait premier ministre du Canada

    Brian Mulroney savourant sa victoire électorale avec son épouse Mila Mulroney.

    Le 4 septembre 1984, Brian Mulroney est élu premier ministre du Canada.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le 4 septembre 1984, le chef du Parti progressiste-conservateur, Brian Mulroney, remportait la majorité la plus considérable de l’histoire de la politique fédérale canadienne. Voyons comment nos journalistes ont couvert cet événement il y a 35 ans.

    Une victoire décisive

    Bernard, Brian Mulroney est le cinquième Québécois à devenir premier ministre du Canada après sir John Abbott, sir Wilfrid Laurier, Louis Saint-Laurent et Pierre Elliott Trudeau.

    Daniel Lessard, 4 septembre 1984

    Cette phrase, le correspondant parlementaire de Radio-Canada à Ottawa Daniel Lessard l’a dite à l’animateur Bernard Derome lors de l'émission Élections 1984 qui analyse le résultat du scrutin fédéral le 4 septembre 1984.

    Les deux journalistes, comme l’ensemble des Canadiens, assistaient alors à un événement historique.

    Le Parti progressiste-conservateur du Canada venait de chasser du pouvoir le Parti libéral du Canada après un règne presque ininterrompu de 21 ans.

    Avec plus avec 211 députés sur 282, le nouveau premier ministre Brian Mulroney disposera de la plus imposante majorité qui n’ait jamais existé à la Chambre des communes du Canada.

    Les raisons d'une victoire.

    Comment Brian Mulroney a-t-il réussi cet exploit?

    La campagne électorale d'été, 23 août 1984

    La recette du succès de Brian Mulroney est expliquée par le correspondant parlementaire Daniel Lessard dans un bilan de la campagne conservatrice diffusé le 23 août 1984 à l’émission La campagne électorale d’été.

    Après 21 ans de règne libéral, les Canadiens aspiraient à du changement politique à Ottawa.

    Brian Mulroney a imposé ce thème comme leitmotiv de la campagne du Parti progressiste-conservateur.

    De Terre-Neuve à la Colombie-Britannique, le chef conservateur a martelé qu’il fallait de nouveaux visages pour diriger le Canada et que les libéraux étaient discrédités.

    Ce dont les Canadiens étaient particulièrement las, selon lui, c’était le favoritisme que semblait pratiquer sans aucune honte le gouvernement du Parti libéral.

    Avant son départ, le premier ministre Pierre Elliott Trudeau avait fait plusieurs nominations partisanes.

    Celles-ci auraient torpillé, selon plusieurs observateurs, la campagne électorale de son successeur à la tête du Parti libéral John Turner.

    Par ailleurs, la promesse de Brian Mulroney de ramener le Québec dans le giron constitutionnel canadien a aussi grandement contribué à la victoire des conservateurs en 1984.

    Extrait d'un discours de Brian Mulroney, 6 août 1984

    Dans un discours prononcé à Sept-Îles, capté par Radio-Canada le 6 août 1984, le chef conservateur s’est formellement engagé à ramener le Québec au sein du Canada « dans l’enthousiasme et l’honneur. »

    Une majorité au Québec

    Cet engagement de Brian Mulroney a séduit une majorité de Québécois.

    À l’élection de 1984, le Parti progressiste-conservateur recueille 50,2% des suffrages au Québec.

    Ce résultat constitue un renversement de situation historique.

    Lors du scrutin fédéral précédent en 1980, les conservateurs avaient obtenu à peine 13% des votes exprimés au Québec.

    Un dernier élément a peut-être joué dans la victoire écrasante de Brian Mulroney : une certaine forme de courage.

    Ses conseillers lui recommandaient de tenter d’être élu comme député dans le comté de Brome-Missisquoi qui possédait une tradition conservatrice.

    Brian Mulroney a plutôt choisi de se présenter dans Manicouagan sur la Côte-Nord, historiquement peu favorable aux conservateurs.

    Le 4 septembre 1984, le chef conservateur a néanmoins remporté haut la main la circonscription où il est né.

    Téléjournal, 5 septembre 1984

    Le 5 septembre 1984, comme le rappelle un reportage du journaliste Jean Bédard diffusé au Téléjournal, un des premiers gestes du nouveau premier ministre a été de remercier les électeurs de Manicouagan.

    Sa reconnaissance a été particulièrement vive pour les citoyens de la ville de Schefferville qui lui ont accordé une majorité.

    Cet appui a pu en surprendre plusieurs.

    Après tout, Brian Mulroney en tant que vice-président exécutif de la compagnie minière Iron Ore, avait approuvé la fermeture de la ville quelques années auparavant.

    Brian Mulroney a été assermenté premier ministre du Canada le 17 septembre  1984.  Il a quitté cette fonction le 25 juin 1993.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Politique