•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour des salles d’isolement dans les écoles albertaines

Une salle d'isolement dans une école.

Pour éviter toute dérive, chaque école devra envoyer un rapport mensuel sur l'utilisation de ces salles.

Photo : Inclusion BC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La pratique avait été interdite, en février, sous le gouvernement néo-démocrate. La ministre albertaine de l’Éducation, Adriana LaGrange, a cependant annoncé, jeudi, l’annulation de l'arrêté ministériel interdisant les salles d'isolement dans les écoles de la province. De nouvelles normes, encore à l’étude, seront en place d’ici la fin du mois d'octobre.

Dès le 1er septembre, les enfants jugés trop turbulents pourront de nouveau être mis à l’écart dans des salles d’isolement et d’apaisement. Des normes provisoires sont déjà en vigueur, selon un arrêté ministériel.

Ces normes seront finalisées avec la participation d'Inclusion Alberta, de l’Association des enseignants, de l’Association des conseils scolaires, de l’Association des conseils d’école, des surintendants des écoles du College of Alberta et des quatre conseils scolaires métropolitains.

Une demande pressante

La décision a été prise de façon urgente, a indiqué la ministre de l’Éducation, à la suite de la réception de plusieurs lettres des partenaires du système scolaire demandant de reconsidérer la question des salles d’isolement.

Les conseils scolaires, les professeurs, les surintendants et les parents, tous m’ont fait savoir qu’une interdiction totale limite les moyens des écoles à maintenir un environnement sécuritaire, a déclaré Adriana LaGrange.

Adraina LaGrange, la ministre de l'Éducation de l'Alberta.

Plusieurs partenaires du système scolaire en Alberta se disent prêts à travailler avec la ministre de l'Éducation de l'Alberta, Adriana LaGrange.

Photo :  CBC / Sam Martin

Pour éviter toute dérive, chaque école devra envoyer un rapport mensuel sur l'utilisation de ces salles.

Les différents partenaires du système scolaire albertain se disent prêts à collaborer pour mettre en place des règles justes.

Des normes doivent interdire l’utilisation de cadenas ou l’isolement de force, estime Barb MacIntyre, la présidente du groupe Inclusion Alberta. Le groupe de défense des droits des personnes ayant des déficiences développementales veut voir la fin de cette pratique dans la province.

Ces normes vont leur permettre de resserrer les conditions justifiant qu'un enfant soit placé dans une salle d'isolement, ajoute Trish Bowman, d'Inclusion Alberta.

Les règles doivent assurer la dignité et le respect pour tous les élèves et permettre aux écoles d’offrir un espace sûr, affirme Bevan Daverne, président des surintendants des écoles du College of Alberta.

Une controverse de 2015

La semaine dernière, les quatre plus grands conseils scolaires de l’Alberta ont demandé au gouvernement provincial d'autoriser le retour à l’utilisation de salles d’isolement dans les écoles.

La controverse entourant les salles d’isolement s’est embrasée après qu’un jeune garçon eut été laissé nu et couvert d’excréments dans une salle verrouillée d’une école de Sherwood Park en 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !