•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécheresse force des municipalités rurales à déclarer l’état d’urgence

Un troupeau de boeufs dans un champ.

Un troupeau de bovins.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Émilie Tremblay

Radio-Canada

Plus de 10 municipalités rurales ont déclaré un « état d’urgence agricole » à la suite d’un été sec qui menace le bétail. Les fermiers n’arrivent plus à nourrir leurs animaux, faute de fourrage.

« Nous vivons une situation désastreuse ici », a affirmé le maire de la municipalité rurale de West Interlake, Arnthor Jonasson, dans une entrevue à la radio de CBC, jeudi.

Les autres municipalités ayant déclaré l'état d'urgence sont Alonsa, Armstrong, Bifrost – Riverton, Coldwell, Ethelbert, Fisher, Grahamdale, Lakeshore, McCreary et Woodlands.

Selon Arnthor Jonasson, les régions d’Entre-les-Lacs et Parkland sont les plus touchées par la sécheresse.

Le rendement du foin est bien au-dessous de la normale, cet été, au Manitoba et les fermiers d’autres régions du pays ressentent aussi les conséquences de plusieurs étés secs consécutifs.

En juin, la province annonçait qu’elle allait permettre aux éleveurs d’utiliser des terres de la Couronne pour y récolter le foin et y faire paître leurs troupeaux, une mesure temporaire visant à leur venir en aide en raison de la sécheresse.

Selon Arnthor Jonasson, les producteurs sonnent l’alarme dans l’espoir d’obtenir l'aide financière de la province et du gouvernement fédéral par le biais du programme Agri-relance, qui aide les agriculteurs à se remettre de catastrophes naturelles.

« Les gouvernements devraient prendre immédiatement en considération les besoins en nourriture et les dépenses en transport, ainsi que des compensations pour le forage de puits et l’abreuvement du bétail », dit-il.

Il souligne également que les producteurs ont du mal à se procurer du foin et que le prix du fourrage est en hausse. « Beaucoup de personnes pourraient devoir vendre une partie de leur troupeau, sinon de tout le troupeau », dit-il.

« Chaque jour qui passe, ils voient s'approcher le moment où ils feront face à ce choix difficile », dit-il.

Ce mois-ci, les organismes Keystone Agricultural Producers et Manitoba Beef Producers ont demandé aux fermiers d’indiquer combien de foin, de paille ou d’autres types de nourriture ils pouvaient mettre à la disposition des fermiers dans le besoin.

Beaucoup ont répondu à l’appel, affirme Arnthor Jonasson, mais les coûts de transport sont importants et les producteurs ne peuvent pas tous les absorber.

Les fermiers ont fait face à des périodes de sécheresse dans le passé, mais celle-ci est la pire qu’Arnthor Jonasson ait vue.

« C’est vraiment, vraiment sec », affirme-t-il. « Nous avons besoin que la province agisse maintenant, ce qui est difficile en raison de la campagne électorale, explique-t-il. Quand les élections seront terminées, il sera presque trop tard. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Agriculture