•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux classes extérieures au Salésien de Sherbrooke

Une des classes extérieures du Salésien, à Sherbrooke.

Les deux classes sont situées un peu en retrait du séminaire, le bâtiment principal de l’école secondaire privée, à l’orée de la forêt.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Radio-Canada

L’école secondaire le Salésien, à Sherbrooke, s’est dotée de deux classes extérieures cette rentrée. La direction mise sur le fort potentiel pédagogique de ces deux installations.

Les deux classes sont situées un peu en retrait du séminaire, le bâtiment principal de l’école secondaire privée, à l’orée de la forêt pour que les élèves puissent avoir une vue unique sur l’environnement extérieur, explique Jean-Marc Poulin, directeur général de l’établissement sherbrookois.

Ce dernier souligne que l’idée germait dans la tête de la direction depuis plusieurs années, mais que l’équipe a décidé de sauter le pas en raison des nombreux avantages qu’un environnement extérieur pouvait apporter aux élèves.

Les classes extérieures permettent de faire un apprentissage authentique

Jean-Marc Poulin, directeur du Salésien

Augmentation de la performance académique, meilleur développement personnel des élèves, diminution du stress, augmentation de la concentration, de la motivation, du plaisir, meilleur engagement... La liste des bénéfices des classes extérieures est longue selon Jean-Marc Poulin qui prône une approche plus « humaine » dans son établissement.

Un autre avantage de l’enseignement en plein air serait de permettre le développement d’attitudes pro-environnementales chez les adolescents, d’après le directeur du Salésien.

Pour nous, c’est un enjeu important, d’autant plus que cette année, on a une nouvelle option qui s’appelle citoyens de la Terre. Alors l’utilisation des classes extérieures devient un levier intéressant pour le développement de ces comportements-là chez nos élèves, continue-t-il.

On peut mettre en pratique dans des situations plus concrètes des exemples qui sont tirés de la nature, que ce soit en mathématiques, en sciences ou même dans les langues. Les matières, aussi arides soient-elles, on peut les rendre plus signifiantes pour les élèves, conclut-il

Les deux classes sont aménagées différemment. La première est organisée avec des tables rondes pour favoriser un environnement plus collaboratif. La deuxième est un espace organisé sous forme d'amphithéâtre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !