•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une consultation à Val-d'Or pour le plan de lutte aux changements climatiques

Une vingtaine de personnes sont assises à une table en U où siègent le ministre Julien ainsi que différents acteurs du secteur des ressources naturelles.

Le gouvernement effectue 13 consultations auprès des 17 régions dans différentes villes du Québec afin d'élaborer le Plan d'électrification et de changements climatiques.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Thomas Deshaies

Jeudi matin, Jonatan Julien, ministre de l'Énergie du Québec, tenait à Val-d'Or une consultation dans le cadre de l'élaboration du prochain plan de lutte contre les changements climatiques. L'électrification des transports a retenu l'attention, mais les défis sont nombreux pour la région.

Cette consultation fait partie des démarches en vue de la production du Plan d'électrification et de changements climatiques qui succédera au Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques. L'objectif est de réduire de 37,5 % les émissions de GES d'ici 2030.

L'assemblée, constituée en forte majorité de représentants des industries, a notamment fait part des embûches pour l'implantation de véhicules électriques, dont les tarifs d'électricité.

Si vous mettez une rampe de branchement avec 10, 20, ou 40 véhicules électriques qui doivent se charger en même temps, ça crée une pointe telle qu'actuellement, c'est inabordable comme coût, a expliqué le président d'Autobus Maheux, Pierre Maheux, qui s'est doté de deux autobus électriques récemment.

L'état du réseau de bornes de recharge rapide a également été abordé. Le directeur régional adjoint de l'Association des véhicules électriques du Québec, Alexandre Mercier, a invité le gouvernement à accélérer le processus de déploiement.

Présentement quand on veut aller à Montréal, c'est plus facile de passer par l'Ontario que par la réserve faunique La Vérendrye, a-t-il déploré.

Une représentante d'Hydro-Québec a toutefois assuré que de nouvelles bornes de recharge rapide seraient mises en fonction dès novembre au Témiscamingue et à Rouyn-Noranda. Les deux bornes au Domaine, dans la réserve faunique, devraient aussi être mises en fonction avant la fin de l'automne 2019.

Les organismes peu représentés

Les organismes voués à la protection de l'environnement n'étaient toutefois que très peu représentés dans le cadre de cette consultation sur invitation. Parmi les 18 participants, un seul était issu d'un groupe voué à la défense de l'environnement.

Le ministre Jonatan Julien n'y a pas vu d'enjeu. N'importe quel contributeur qui peut réduire les GES était le bienvenu pour amener ses idées, a-t-il déclaré. La réduction des GES, ça ne viendra pas de l'environnement, mais du transport, de l'électrification, d'une panoplie de gestes, des villes, des usines de biométhanisation.

Pierre Dufour et Jonatan Julien sont assis à une table blanche devant un écran.

Le ministre Julien, accompagné du député d'Abitibi-Est Pierre Dufour, prévoyait de discuter de l'industrie forestière lors de l'atelier de travail à Val-d'Or avec les acteurs des ressources naturelles.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Le gouvernement procédera aussi à une consultation en ligne ouverte à toutes et à tous. Des groupes d'experts sont également actuellement consultés par le gouvernement.

Des programmes adaptés à la région

Les entreprises de la région présentes ont profité de l'occasion pour présenter leurs initiatives visant la réduction de GES. Il a notamment été question de la conception d'un véhicule lourd entièrement électrique et dédié aux activités minières.

Plusieurs entreprises ont réclamé que les programmes du gouvernement, qui appuient ces initiatives, soient mieux adaptés aux réalités régionales. Le ministre Julien leur a promis des résultats. Notre gouvernement va travailler sur des résultats puis si dans deux ans, on n'a pas avancé, vous pourrez nous le reprocher, a-t-il déclaré.

On va travailler pour donner des résultats, mais c'est souvent ça que les autres gouvernements ont oublié de faire.

Jonatan Julien, ministre de l'Énergie

La directrice générale du Conseil régional de l'environnement de l'Abitibi-Témsicamingue (CREAT), Clémentine Cornille, a quant à elle plaidé pour une approche plus appropriée de l'aménagement du territoire. Une conception du développement urbain qui favoriserait davantage les commerces de proximité, et ce, afin de diminuer les déplacements.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale