•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants à bout de ressources en Saskatchewan

Des élèves dans une classe de l'École Ducharme à Moose Jaw, en Saskatchewan.

La semaine prochaine, tous les élèves de la Saskatchewan feront leur rentrée scolaire.

Photo : Jessica Hébert/ICI Radio-Canada

Gabrielle Proulx

À la veille de la rentrée scolaire, des centaines d’enseignants de Saskatoon se sont rassemblés, mercredi, pour entendre les propositions du gouvernement en matière d’éducation. Une des enseignantes présentes à la réunion et qui travaille à l’école d’immersion Cardinal-Léger estime que le manque de ressources humaines et éducatives constitue un lourd fardeau.

Mariève Émard enseigne depuis quatre ans dans la Ville des Ponts. Elle adore sa profession.

Toutefois, la Fransaskoise avoue que plusieurs aspects de son travail alourdissent sa tâche. La difficulté pour son école de recruter des enseignants francophones fait en sorte que le nombre d'élèves dans les salles de classe est trop important.

De plus, le manque de ressources pédagogiques accessibles en français l’oblige à faire des heures supplémentaires.

Portrait de Mariève Émard.

Mariève Émard enseigne à l'École d'immersion Cardinal-Léger, à Saskatoon.

Photo : Radio-Canada

« Si je reçois, par exemple, des documents du gouvernement, parfois. c'est en français et en anglais, mais ce n'est pas toujours le cas. [...] Ça veut dire que tu travailles des heures en plus et ça rentre dans ton temps personnel », note l’enseignante.

Comme Mariève Émard enseigne plusieurs matières à la fois, elle doit se résoudre à consulter d'autres ouvrages en ligne ou à commander du matériel pédagogique accessible ailleurs qu’en Saskatchewan.

Un consultant en communication de la Division scolaire catholique du Grand Saskatoon, Derrick Kunz, affirme qu'il s'agit d'une situation commune pour bon nombre d'enseignants.

Selon lui, il existe toujours un écart sur ce plan, parce que la Saskatchewan demeure une province « majoritairement anglophone » « Pour 1000 ressources éducatives en anglais, il y en a peut-être 100 en français », spécifie-t-il.

Néanmoins, Derrick Kunz précise que les ressources éducatives en français demeurent à la disposition des enseignants au sein de la division scolaire.

Le ministère de l’Éducation de la Saskatchewan dit que sa page web fournit plusieurs listes de ces ressources pédagogiques « pour soutenir l'enseignement en immersion française ». 

En vertu de l’Entente Canada-Saskatchewan relative à l’enseignement dans la langue de la minorité et à l’enseignement de la seconde langue officielle, le gouvernement stipule que « les divisions scolaires reçoivent des fonds supplémentaires pour soutenir l'accès à des ressources de qualité ». 

Des enseignants surmenés

À l’approche de la rentrée scolaire, le gouvernement et l'opposition ont chacun publié les résultats de leur propre sondage qui dressent le portrait des défis du système d'éducation saskatchewanais.

Du côté de la province, le sondage révèle que la compétence des enseignants et la qualité de l'environnement d'apprentissage sont les deux principaux facteurs d'amélioration de l'enseignement cités par les élèves de la province.

Par contre, le sondage publié par l’opposition néo-démocrate mentionne le fait que de plus en plus d'enseignants sont victimes d'épuisement professionnel. En effet, 41 % des personnes interrogées admettent « avoir rarement ou jamais » suffisamment de soutien pour répondre aux besoins de leurs élèves.

Bien, je sais qu'il y a beaucoup de personnes qui vont sur des "stress leave". Je trouve que c'est un gros problème dans notre profession.

Mariève Émard, enseignante à l’école d’immersion Cardinal-Léger, à Saskatoon

Dans un rapport annexé au sondage du NPD, un membre du personnel scolaire fait une révélation, sous le couvert de l'anonymat : « Les professeurs sont épuisés comme jamais. Tous les membres du personnel de l'école, qu'ils soient enseignants, personnel de soutien, etc. [...] veulent changer de carrière ou quitter la province. »

Le ministre de l’Éducation de la Saskatchewan, Gordon Wyant, dit qu'il consulte régulièrement les enseignants pour prendre connaissance de leurs problèmes.

Portrait de Gordon Wyant.

Le ministre de l'Éducation de la Saskatchewan, Gordon Wyant, dit vouloir donner la parole aux enseignants pour améliorer le système scolaire.

Photo : Radio-Canada

Cela ne se règle pas en une journée. Il faut un plan concret.

Gordan Wyant, ministre de l’Éducation de la Saskatchewan.

Le budget provincial en matière d'éducation, qui est de 3,28 milliards de dollars, a connu une augmentation de 0,6 % par rapport l’an dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Éducation