•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La kinésiologie et le génie civil maintenant offerts à l’UQAR

Affiche de l'UQAR.

L'UQAR offre deux nouveaux programmes de baccalauréat cette année.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) accueille des étudiants dans deux nouveaux programmes de baccalauréat en kinésiologie et en génie civil.

En génie civil, 20 étudiants sont inscrits et 38 autres le sont en kinésiologie. La majorité des étudiants des deux programmes proviennent de la région.

L'offre, près de chez elle, a incité Jackie Castonguay a s'inscrire au baccalauréat en kinésiologie.

J'avais étudié en travail social, puis j'ai décidé de m'en aller vers le monde du sport, dit-elle. Quand j'ai vu qu'il se donnait à Rimouski, c'était vraiment l'occasion que j'avais de réaliser un rêve.

Des étudiants dans l'atrium de l'UQAR

Les étudiants commencent leurs cours jeudi à l'UQAR.

Photo : Radio-Canada / Édith Drouin

Je sors d'une faillite et j'avais des difficultés financières donc le fait que ce soit offert dans ma ville, c’était un don de Dieu, témoigne l’étudiant en kinésiologie Yves Desjardins. Donc j'ai sauté sur l'occasion, ça faisait longtemps que je voulais faire ça.

Une spécialité unique en génie côtier

Le programme en génie civil contient une concentration scolaire en génie côtier, qui est unique au pays selon l’UQAR. L’objectif de ce cheminement est de former des ingénieurs qui seront en mesure de concevoir, de construire et d'entretenir des infrastructures côtières ou encore des structures de protection ou de stabilisation des rives.

Pour la dimension du génie côtier, c'est complètement nouveau, parce que le génie côtier entre généralement dans les formations de deuxième cycle, observe le directeur des programmes de premier cycle en ingénierie à l'UQAR, Éric Hudier.

Quai de Rimouski

Les diplômés en génie civil pourraient être amenés à travailler sur des infrastructures côtières, comme des quais semblables à celui de Rimouski, par exemple.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

On fait une place dans le cheminement des étudiants au premier cycle avec une enveloppe de cinq cours qui touchent les problématiques riveraines, ajoute-t-il.

Approximativement 6700 étudiants sont inscrits à l’UQAR cette année.

Avec les informations d’Édith Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !