•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un couple aspergé par des eaux usées après la rupture d’un égout à Paradise

Un tuyau, près d'une station de pompage des eaux usées, duquel jaillit des eaux d’égout.

Des eaux usées ont inondé la propriété de Wendy et de Jim Clark, mercredi soir, à Paradise.

Photo : Gracieuseté - Wendy Clark

Patrick Butler

Quand Jim et Wendy Clark sont sortis de leur maison, mercredi soir, ils ont été aspergés par une substance malodorante et gluante : de l'eau d'égout.

Leur cour était partiellement inondée. Du papier de toilette flottait dans des flaques brunes.

À environ 15 mètres de leur maison, à Paradise, de l'eau d'égout jaillissait d'un tuyau rompu, près de la station de pompage des eaux usées.

Les eaux usées ont été projetées plus de 30 pieds dans les airs.

Jim Clark

C’est horrible. Ça pue. Nos petits-enfants ne sont plus capables de jouer dans la cour. Ce n’est pas une vie.

Le cauchemar infernal des Clark a commencé le 12 août, quand la station de pompage située à côté de leur domicile est devenue incapable de pousser les eaux usées de la municipalité jusqu’à l’usine municipale de traitement.

Deux travailleurs au chantier de construction.

La municipalité tente de réparer les problèmes à la station de pompage des eaux usées depuis le 12 août.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Jour et nuit, des camions arrivent à la station, remplissent leur réservoir de milliers de litres d'eaux usées et transportent leur cargaison à l’usine de traitement.

Un nouveau problème avec les équipements utilisés pour réparer le site a mené à la fuite survenue mercredi soir.

Notre objectif immédiat est de réparer la station de pompage, déclare le maire de Paradise, Dan Bobbett. Nous sommes conscients que le bruit et les camions constituent un problème pour les résidents et nous essayons de résoudre la situation aussitôt que possible.

L’opération de nettoyage coûte environ 50 000 $ par jour, selon Dan Bobbett.

Le député provincial David Brazil a indiqué à CBC jeudi qu’il estime que le coût total des réparations pourrait dépasser 1,5 million de dollars.

Un problème récurrent

Pour les Clark, les fuites d’eaux usées sont devenues un problème récurrent. Depuis qu’ils ont acheté leur maison, en 2004, l'eau d'égout a inondé leur propriété au moins six fois.

Mais la situation est pire que les fois précédentes.

Jim Clark.

Jim Clark habite à côté d'une station de pompage qui, depuis le 12 août, est incapable de pousser les eaux usées de Paradise à l'usine de traitement municipal.

Photo :  CBC / Ryan Cooke

Jeudi matin, le tuyau rompu avait été réparé et les eaux usées s’étaient enfoncées dans le gazon des Clark. La maison des Clark est la seule du secteur à avoir été touchée par la rupture du tuyau, parce qu’elle se trouve sous le niveau de la rue.

La maison a été bâtie il y a peut-être 30 ou 40 ans, explique Jim Clark. À l’époque, c’était normal de construire des maisons comme ça. Maintenant, lorsqu’il y a des problèmes avec la station de pompage, c’est inévitable : les eaux vont s’écouler vers notre maison.

Impossible de vendre la maison

Jim Clark dit qu’il a déjà dû rénover sa maison après un précédent déversement d'eaux usées à la station de pompage. Il soutient qu’après tous les problèmes que sa propriété a connus, il est impossible de vendre sa maison. Seule la Municipalité peut l’aider.

Trois camions équipés de réservoirs.

Jour et nuit, depuis le 12 août, des camions viennent faire le plein d'eaux usées à la station de pompage.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Tout le monde est déjà passé devant notre maison après les fuites. Tout le monde l’a déjà vu aux nouvelles, explique Jim Clark.

Il n’y a aucune personne sensée qui achèterait cette maison.

Jim Clark

La maison était ici avant la station de pompage. Selon moi [la Municipalité] est celle qui est responsable et elle est la seule entité qui peut nous aider à revenir à la normale.

Le maire Bobbett a visité les Clark jeudi. Il indique que le conseil municipal évaluera la possibilité d’acheter la propriété. Il dit qu’il a offert aux Clark de rester dans un hôtel pour la durée de l’opération de nettoyage et des réparations.

M. Bobbett ajoute qu’une entreprise indépendante effectue une évaluation environnementale sur l'emplacement de la station de pompage et la maison des Clark pour déterminer si la plus récente fuite pourrait avoir des répercussions sur leur santé.

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique municipale