•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un syndicat invite les patients de l'Outaouais à aller se faire soigner en Ontario

L'Hôpital de Hull, à Gatineau.

Les infirmières sont exténuées, selon leur syndicat.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Le Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais (SPSO) demande aux patients de privilégier toutes les autres options possibles avant de se rendre aux hôpitaux de Hull et de Gatineau, notamment l’utilisation du réseau de santé de l’Ontario.

Le syndicat a publié sur Facebook, jeudi, un message à la population qui mentionne que les professionnelles du SPSO sont fatiguées, épuisées et que le CISSS de l'Outaouais les laisse tomber. Elles ont besoin de répit.

Le président par intérim du SPSO, Patrick Guay, affirme que les infirmières qui travaillent dans ces hôpitaux font de leur mieux pour offrir des soins de qualité, mais qu'elles ont leurs limites.

Lorsqu'elles sont surchargées, lorsqu'il y a un temps supplémentaire, il y a un risque d'erreur qui est accru à ce moment-là, puis c'est ça qu'on veut éviter, parce que la population mérite d'avoir des soins de qualité, explique-t-il.

Ça nous prend une meilleure offre de service, une meilleure infrastructure hospitalière, plus de personnel. Ça nous prend un système de santé organisé, comme toutes les autres régions du Québec ont. Nous, nous avons un retard à rattraper, déplore le médecin de famille Gilles Aubé, porte-parole d'Équité Outaouais.

M. Guay est conscient que cette publication sera mal reçue par la direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais et le gouvernement.

Les infirmières se sentent mises de côté, les infirmières auxiliaires sont surchargées, les inhalothérapeutes, la même chose, nous sommes tous sur un respirateur artificiel.

Patrick Guay, président par intérim du SPSO

Le syndicat exige une rencontre d'urgence avec les hauts dirigeants du CISSS de l'Outaouais, ainsi que la ministre de la Santé, Danielle McCann, et le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.

Le SPSO avait affirmé, mercredi, que les heures supplémentaires obligatoires effectuées dans les établissements de l'Outaouais dépassent l'entendement.

Le SPSO, une branche de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), soutient que les conditions de travail se sont dégradées au cours des dernières années. Il critique l’absence de mesures concrètes de la part du ministère de la Santé pour remédier à la situation.

Le CISSS de l'Outaouais réagit

Questionné par Radio-Canada au sujet des moyens de pression du SPSO, le CISSS de l'Outaouais a répondu par courriel qu'il y a d'autres options que de se présenter à l'urgence pour les problèmes de santé non urgents.

Des conseils et une orientation vers les bonnes ressources sont disponibles pour toute la population de l'Outaouais, peut-on lire dans le courriel.

Les alternatives proposées par CISSS sont les suivantes :

  • Info-Santé
  • Pharmacien
  • CLSC
  • Clinique médicale avec ou sans rendez-vous
  • Centre ambulatoire de pédiatrie en Outaouais
  • Votre médecin de famille
  • Clinique Médigo

Les soins d'urgence sont des services de santé qui s'adressent à des personnes dont les symptômes sont apparus subitement et sont assez graves.

La ministre de la Santé et des Services sociaux travaille en ce moment sur des solutions à court terme pour appuyer les équipes de soin de Gatineau et de Hull ce week-end, a assuré Alexandre Lahaie, l'attaché de presse de la ministre McCann, dans une déclaration écrite.

À défaut d'obtenir le répit demandé, les membres du personnel soignant du CISSS de l'Outaouais seront au moins rémunérés à temps double pour leurs quarts de travail effectués pendant la fin de semaine de la fête du Travail.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !