•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Catherine Dorion relate son expérience de blogueuse au sein de Québecor et interpelle PKP

La députée de Taschereau, Catherine Dorion

La députée de Taschereau, Catherine Dorion

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Invitée à questionner Pierre Karl Péladeau lors de la Commission parlementaire sur l'avenir des médias, la députée de Taschereau, Catherine Dorion, a relaté sa propre expérience à titre de blogueuse au Journal de Québec de 2016 à 2018.

À notre première rencontre, le responsable de la section web du Journal m'a dit : "Tu peux publier absolument ce que tu veux, tu es libre, mais quand même ne fais pas exprès pour parler de John Doe", a déclaré Catherine Dorion en faisant référence au surnom donné à M. Péladeau par les employés de son journal.

La blogueuse lui aurait demandé si elle pouvait parler de Québecor, ce à quoi on lui aurait répondu que si c'était pour critiquer l'entreprise, idéalement non.

Catherine Dorion a poursuivi en disant qu'au lendemain de la mort de Fidel Castro, elle avait publié sur sa page Facebook un commentaire à l'effet que les chroniques du Journal étaient aussi diversifiées en opinions que les pages d'un journal cubain. Elle aurait immédiatement reçu un appel de son supérieur immédiat qui lui aurait déclaré : Tu ne peux pas mordre la main qui te nourrit.

Catherine Dorion relate son expérience de blogueuse au sein de Québécor et interpelle PKP

Plus tard, après qu'elle eut critiqué une chronique de Sophie Durocher sur son blogue, son supérieur lui aurait mentionné qu'un de ses patrons lui avait téléphoné pour lui rappeler qu'on ne pouvait pas critiquer les chroniqueurs de Québecor et que si ça devait se reproduire, il serait difficile de poursuivre la collaboration avec Catherine Dorion.

M. Péladeau, si vous achetez Capitales Médias, comment pouvez-vous nous garantir qu'il n'y aura pas six journaux de plus où il sera tabou de vous critiquer, vous ou Québecor, qu'il n'y aura pas six journaux de plus qui vont faire la promotion de tout ce que vous possédez?

Catherine Dorion, députée de Taschereau

J'apprécie vos commentaires, mais je n'en ai pas à vous donner Madame la députée, a répondu Pierre Karl Péladeau, bien calé dans son fauteuil.Je pense que vous avez décidé de vous donner en spectacle, bravo, je n'ai rien à ajouter, a poursuivi le président et chef de la direction de Québecor.

C'est une vraie question que je vous pose , a renchéri Catherine Dorion. C'est une vraie réponse que je vous donne, Madame la députée, a répliqué PKP.

Une première version de ce texte laissait sous-entendre que Catherine Dorion faisait référence à Pierre-Karl Péladeau lorsqu'elle parlait d'un des patrons de son supérieur. C'est une erreur que nous tenions à corriger.

Québec

Médias