•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux coroners sonnent l'alarme après 3 décès dans une résidence pour personnes âgées

Le stationnement et l'entrée principale de la Résidence de l'île

La Résidence de l'île est située à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Davide Gentile
Daniel Boily

Le manque de personnel et le niveau de qualification des employés ont des impacts dans le système de santé. C’est ce que relèvent trois enquêtes des coroners sur la mort d’autant de personnes âgées de la Résidence de l’île, à Gatineau. Des lacunes assez graves pour que les coroners demandent une enquête de l'Ordre des infirmières auxiliaires. Et surtout, l'intervention de Québec pour rehausser les critères afin d’exploiter une résidence pour aînés.

La famille de Germaine Labelle estime que la nonagénaire n'a pas reçu les soins appropriés à la Résidence de l'île. Deux ou trois personnes pour s'occuper de 25 à 30 personnes lourdement handicapées, c'était insuffisant, explique son fils Paul Hansbury en parlant des effectifs qui étaient présents la nuit.

Dans son rapport sur le décès de Germaine Labelle, la coroner Francine Danais souligne que la dame aurait été victime d'une chute qui n'a pas été déclarée par les employés. Son fils pense que sa mère a trop souffert avant de mourir. Elle est tombée et s'est fracturé le bassin. On l'a remis sur son lit et on n'a prévenu personne.

Paul Hansbury

« On donne une entrevue pour améliorer le sort des gens qui résident là », affirme Paul Hansbury.

Photo : Radio-Canada

Le rapport du coroner Paul G. Dionne sur le décès de Colombe Arvisais est également très critique des façons de faire à la Résidence de l'île. L’enquête policière a démontré que Mme Arvisais n’a pas reçu l’attention clinique nécessaire, écrit le coroner à propos du décès de la dame de 82 ans.

Impossible de savoir si elle a reçu l'oxygène dont elle avait besoin. Il s’agit d’un décès accidentel, probablement évitable , précise M. Dionne.

Les circonstances des trois décès analysés ont amené les deux coroners à demander des actions immédiates.

Ils demandent que l'Ordre des infirmières auxiliaires fasse enquête. Et selon eux, le gouvernement du Québec doit rapidement rehausser les critères de certification des résidences pour personnes âgées.

La coroner Francine Danais

« Ce problème-là existe dans d'autres régions. Je pense qu'il est généralisé », soutient la coroner Francine Danais.

Photo : Radio-Canada

Il n'y a pas de critère quant à la qualité et la compétence du personnel pour la certification , soutient la coroner Francine Danais.

Selon elle, c'est la quantité de personnel et leur formation qui doit être surveillée. Et pas seulement dans l'Outaouais.

Ce problème-là existe dans d'autres régions. Je pense qu'il est généralisé.

Francine Danais, coroner

L'établissement critiqué par les coroners affirme avoir fait de son mieux. Avant mars 2019, l’accompagnement était inadéquat. Il n’y avait pas une grande présence du centre intégré de soins et de services sociaux de l'Outaouais, affirme Katherine Chowieri, gestionnaire de la Résidence de l’île.

Selon elle, il était difficile de gérer les patients les plus malades avec les limites de notre personnel. La résidence refuse depuis d'accepter les cas plus lourds qui sont en attente d'une place en CHSLD.

La coroner Danais affirme que le problème découle en partie du manque d'appui du réseau de la santé. Les résidences acceptent de dépanner le centre de santé, mais se retrouvent ensuite avec un appui insuffisant, indique Mme Danais.

La troisième enquête portait sur le décès de Julien Paiement, survenu le 15 février 2019.

Le CISSS de l'Outaouais a réagi par courriel. L’établissement dit mettre en place les recommandations du rapport et assure qu'il prend la situation très au sérieux.

La ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, n'a pas non plus voulu nous accorder d'entrevue à la caméra.

Son cabinet indique par courriel avoir entamé une révision du règlement sur la certification des résidences. La famille de feue Germaine Labelle souhaite que ces rapports concourent à améliorer la situation. On donne une entrevue pour améliorer le sort des gens qui résident là, indique son fils Paul.

On compte au Québec plus de 1200 résidences privées pour aînés qui hébergent environ 125 000 personnes.

Avec la collaboration de Laurie Trudel

Établissement de santé

Société