•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découverte d'un crâne de 3,8 millions d'années

Un crâne fossilisé sur fond noir

Le crâne fossilisé de 3,8 millions d'années repousse encore les limites de l'évolution.

Photo : Reuters

Agence France-Presse

Un crâne d'australopithèque vieux de 3,8 millions d'années et « remarquablement complet » a été mis au jour en Éthiopie, une découverte qui bouscule une nouvelle fois notre vision de l'évolution.

Ce crâne est l'un des plus complets des fossiles d'hominidés de plus de 3 millions d'années, explique à l'AFP Yohannes Haile-Selassie du Museum of Natural history de Cleveland, aux États-Unis, coauteur de deux études publiées mercredi dans la revue Nature.

Un atout qui pourrait lui valoir de devenir une nouvelle icône de l'évolution humaine, juge Fred Spoor du Natural History Museum de Londres dans un commentaire. Et de rejoindre ainsi les célèbres Toumaï, Ardi et Lucy.

À titre de comparaison, Toumaï (un Sahelanthropus tchadensis), considéré par certains paléontologues comme le premier représentant de la lignée humaine, est vieux d'environ 7 millions d'années. Il a été mis au jour en 2001 au Tchad.

Ardi (pour Ardipithecus ramidus, une autre espèce d'hominidé), découvert en Éthiopie, aurait 4,5 millions d'années. Et Lucy, la très célèbre australopithèque, découverte en Éthiopie en 1974, est âgée de 3,2 millions d'années.

D'autres fossiles, mais incomplets

D'autres fossiles d'australopithèque, moins connus, datent d'au moins 3,9 millions d'années, mais seules des mâchoires et des dents avaient été retrouvées. Sans « vieux » crâne, notre compréhension de l'évolution de ces hominidés éteints restait très partielle.

Découvert en février 2016 sur le site de Woranso-Mille, dans la région d'Afar en Éthiopie (à 55 km de là où a été découverte Lucy), ce nouveau fossile, appelé MRD, appartiendrait à un des premiers australopithèques, appelés Australopithecus anamensis.

Nous pensions qu'A. anamensis (MRD) se transformait progressivement en A. afarensis (Lucy) avec le temps, explique Stephanie Melillo du Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology en Allemagne, coauteur des deux études.

Mais voici que cette dernière découverte relance les dés révélant que les deux espèces se seraient croisées dans les savanes de l'Afar pendant environ 100 000 ans.

Cela change notre compréhension du processus d'évolution et soulève de nouvelles questions : étaient-ils en compétition pour la nourriture ou l'espace?

Stephanie Melillo, du Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology

Même s'il est tout petit, le crâne devait être celui d'un adulte, a priori masculin. Des reconstitutions faciales réalisées à partir des caractéristiques du fossile présentent un hominidé aux pommettes projetées vers l'avant, à la mâchoire proéminente, au nez épaté et au front étroit.

C'est bon de pouvoir enfin mettre un visage sur un nom, lance la paléoanthropologue avec enthousiasme.

À la surprise des chercheurs, le crâne s'avère être un mélange de caractéristiques propres aux Sahelanthropus comme Toumaï et aux Ardipithecus comme Ardi, mais aussi à d'autres d'espèces plus récentes.

Jusqu'à présent, il y avait un grand fossé entre les ancêtres humains les plus anciens, qui ont environ 6 millions d'années, et des espèces comme celle de Lucy qui ont de deux à trois millions d'années.

Stephanie Melillo

Pour l'auteure, cette découverte relie l'espace morphologique entre ces deux groupes.

Le fossile n'a d'abord laissé entrevoir que sa mâchoire, je n'en croyais pas mes yeux quand j'ai vu le reste du crâne, se souvient Yohannes Haile-Selassie qui décrit un moment eurêka, un rêve devenu réalité.

Paléontologie

Science