•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour la séduire

Le reportage de Louis Blouin

Photo : Radio-Canada / Thierry Laflamme

Louis Blouin

Aider « la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour s’y joindre ». Le slogan fétiche de Justin Trudeau nous rappelle que les familles et les travailleurs seront bientôt bombardés de promesses électorales. Mais qu’espèrent-ils au juste de leur prochain gouvernement? Trois rencontres sur la route pour y voir plus clair.

De futurs parents et l’avenir de la planète

À bord de leur voiture familiale, Vincent Thérien et Marie-Eve Labrecque nous font visiter leur nouveau quartier à Otterburn Park sur la Rive-Sud. L’école est à proximité, la garderie aussi. Ils se préparent à leur nouvelle vie.

On attend notre premier, un petit garçon. On est bien excités, explique la future maman. En octobre, ils voteront pour la première fois avec un regard de parents.

Des promesses d’aide aux familles ou de réduction d’impôt seraient difficiles à ignorer. On va le prendre en considération. Évidemment, le budget va changer au cours des prochains mois. C’est sûr qu’on va être à l’écoute, explique Vincent Thérien.

Vincent Thérien et Marie-Eve Labrecque  seront bientôt parents.

Vincent Thérien et Marie-Eve Labrecque attendent leur premier enfant. Le couple sera attentif aux promesses faites aux familles.

Photo : Radio-Canada / Thierry Laflamme

Les futurs parents, qui font le trajet Rive-Sud–Montréal plusieurs fois par semaine, seront également réceptifs aux promesses visant à améliorer le transport collectif.

Ils ont également des attentes élevées en matière d’environnement.

On n’a pas le choix d’être conscients des changements climatiques. Avec le petit bébé, on s’informe encore plus de l’avenir de la planète.

Marie-Eve Labrecque, future maman.

En ce moment, leur cœur balance entre le Parti libéral du Canada (PLC) et le Parti vert (PV). Même si l’affaire SNC-Lavalin peut « influencer » leur opinion, ils ne sont pas insatisfaits du bilan de Justin Trudeau.

Cependant, le couple est tenté d’appuyer les verts pour donner un peu de puissance à ces plus petits partis-là aux Communes, explique Vincent Thérien.

Dans leur circonscription de Beloeil–Chambly, la bataille sera féroce entre les partis pour ravir le siège au Nouveau Parti démocratique.

Si ce couple a le regard tourné vers l’avenir, d’autres ont les pieds bien ancrés dans le présent.

Une maman et le coût de la vie

Monica Elliott est assise dans un parc de Peterborough avec sa fille.

Monica Elliott, accompagnée de sa petite Paisley, se soucie des dépenses quotidiennes.

Photo : Radio-Canada / Thierry Laflamme

Dans un parc de Peterborough, en Ontario, Monica Elliott nous présente la petite Paisley. Son congé de maternité n’est pas sans préoccupations. Le coût de la vie la tracasse.

Quand vous devez nourrir votre enfant avec de la préparation de lait, c’est ridiculement cher. Une boîte coûte 57 $ et cela ne dure pas très longtemps, explique-t-elle.

Le coût de la vie est énorme et ce que je gagne en un mois est à peine suffisant.

Monica Elliott, mère de famille de Peterborough.

Monica Elliott travaille dans le commerce au détail et n’a pas vu son salaire progresser à son goût par rapport à l'augmentation du coût de la vie.

L’allocation canadienne pour enfant du gouvernement libéral donne un coup de pouce, mais doit encore être bonifiée, croit-elle.

Mme Elliott ne sait pas pour qui elle votera cet automne. Cette mère affirme qu’elle appuiera des mesures qui permettront aux parents d’avoir une carrière accomplie.

Un travailleur et la fin d’une époque

C’est une période difficile, tout le monde a peur en ce moment, explique Ken Pearn, un assembleur de sièges d’automobiles à l'usine de l'entreprise Lear, de Whitby, en Ontario.

Après 33 ans de service, il perdra son emploi en novembre. C’est une conséquence de la fermeture des installations de GM à Oshawa.

Dans le restaurant de style rétro où il nous a donné rendez-vous, la reproduction d’une grosse voiture américaine trône sur le mur du fond. Le rappel d’une époque où l’industrie automobile était florissante dans cette région de l’Ontario. 

Un travailleur de l'automobile à Ottawa parle discute de son avenir attablé dans un restaurant.

Ken Pearn perdra son emploi dans l'industrie automobile en novembre.

Photo : Radio-Canada / Thierry Laflamme

En ce moment, il espère que les travailleurs ayant son ancienneté auront accès à une retraite anticipée plutôt qu’à une indemnité de départ.

Ils nous parlent de recyclage professionnel à la mi-cinquantaine! Retourner à l’école pour voler les emplois de nos enfants. C’est ridicule! s'exclame-t-il.

Je ne retournerai pas à l’école à 52 ans. Beaucoup de mes amis sont dans le même bateau.

Ken Pearn, un travailleur de l’automobile de la région d'Oshawa

Ses attentes envers les partis politiques en vue de l’élection? Aidez à ramener des emplois dans cette province, répond-il.

Son vote ira au Parti conservateur cet automne. Selon lui, Justin Trudeau a échoué à protéger le secteur automobile canadien et ses travailleurs. Il croit que la renégociation de l’ALENA est une occasion manquée pour son industrie.

Ken a ses idées pour relancer l’économie locale. Les installations de GM à Oshawa, bientôt vides, pourraient servir à assembler des véhicules électriques, avance-t-il.

Avec l’appui du gouvernement, une entreprise publique pourrait aider à développer cette filière, croit-il. Selon lui, il serait possible d’y assembler des véhicules électriques pour la livraison du courrier, par exemple. Après tout, c’est la voie de l’avenir non? demande Ken.

En apparence, les demandes de ces électeurs peuvent sembler différentes, mais elles expriment un besoin commun. Ils veulent des outils pour suivre le rythme rapide des changements qui se répercutent dans leur vie.

Notre dossier Élections Canada 2019

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique