•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin de l’urgence à Cloutier-Du Rivage cet automne

Une pancarte indiquant l'entrée principale du Centre Cloutier-du-Rivage, et une affiche indiquant, en arrière-plan, les heures d'ouvertures réduites.

L'urgence du Centre Cloutier-du-Rivage ne sera plus à compter de cet automne

Photo : Radio-Canada / Yannick Maltais

Marie-Pier Bouchard

Après des années de réflexions et d'incertitude, ce sera officiellement la fin pour l’urgence du secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières, au cours des prochaines semaines. Un plan de transformation, obtenu par Radio-Canada, prévoit la mise sur pied d’une « clinique de l’avenir ».

Les gens vont être accueillis à la même porte, rassure d’emblée la Dre Anne-Marie Grenier, directrice des services professionnels et de la pertinence clinique au CIUSSS MCQ.

Les infirmières cliniciennes et infirmières praticiennes spécialisées (IPS), qui accueilleront dorénavant les patients, seront au coeur de cette nouvelle clinique interdisciplinaire qui devrait, selon le CIUSSS MCQ, mieux répondre aux besoins de la population du secteur Cap-de-la-Madeleine.

Quatre postes d'IPS, mieux connues sous le nom de « super-infirmières », ont d'ailleurs récemment été affichés.

L’équipe de la clinique, qui sera supervisée en tout temps par un médecin de famille, sera aussi formée de différents professionnels tels que physiothérapeutes, inhalothérapeutes, nutritionnistes, travailleurs sociaux, etc.

La clinique sera ouverte du lundi au vendredi de 8h à 20h et les week-ends de 8h à 16h.

Il s'agit d'une transformation inspirée du projet Archimède, une clinique implantée à Québec il y a quelques années.

Les gens ne devraient pas voir de différence.

Nathalie Boisvert, directrice des services ambulatoires et des soins critiques, CIUSSS MCQ
Une femme aux cheveux blonds en entrevue à la télé.

Nathalie Boisvert, directrice des services ambulatoires et des soins critiques au CIUSSS MCQ

Photo : Radio-Canada

Dans l’esprit des gens, je peux comprendre que pour eux une urgence c’est très rassurant, mais on va avoir d’excellents services. De passer du mot urgence à clinique de proximité, ça nous permet d’aller beaucoup plus loin, mentionne Nathalie Boisvert, directrice des services ambulatoires et des soins critiques, CIUSSS MCQ.

Mme Boisvert parle d’une approche beaucoup plus communautaire.

On veut humaniser nos soins. Dans une urgence c'est rapide, c’est du in and out. L’urgence de Cloutier particulièrement, c’est un service de type ambulatoire. On s’attend à du débit, mais là on veut créer un lien de confiance avec la population, ajoute-t-elle.

Moi ce que je dirais c’est déjà pas une urgence.

Dre Anne-Marie Grenier, directrice des services professionnels et de la pertinence clinique au CIUSSS MCQ
Dre Anne-Marie Grenier, directrice des services professionnelles et de la pertinence clinique au CIUSSS MCQ

Dre Anne-Marie Grenier, directrice des services professionnelles et de la pertinence clinique au CIUSSS MCQ

Photo : Radio-Canada

Oui il y a des urgentologues dedans, mais c’est déjà des heures d’ouverture qui sont des heures d’ouverture de cliniques ambulatoires , précise la Dre Grenier.

On sait que les gens sont attachés à la bâtisse qu’est Cloutier, au lieu physique qu’est Cloutier et c’était important pour nous que la continuité se fasse dans les murs mêmes de l’endroit où les gens sont habitués d’aller et de recevoir leurs services, ajoute-t-elle.

Une rencontre est prévue jeudi à 10 h 30 avec les employés pour leur présenter le nouveau projet.

Il n’y aura aucune perte d’emploi, assure le CIUSSS MCQ. Certains employés pourraient tout simplement être transférés.

Quelques travaux mineurs devront être effectués avant l’ouverture de la nouvelle clinique, selon le CIUSSS MCQ. Les services pourraient ainsi être suspendus pendant quelques jours au Centre Cloutier-Du Rivage afin de faciliter la bascule entre la fermeture de l’urgence et l’ouverture de la nouvelle clinique.

Urgence d’agir

La liste de garde des médecins étant impossible à combler au-delà du mois d’octobre, le CIUSSS MCQ n’a eu d’autre choix que de mettre les bouchées doubles pour se pencher plus sérieusement sur un plan de transformation.

On s’est posé des questions dans le passé, mais cette fois-ci on est allé un peu plus loin que ça. On ne s’était jamais posé la question à savoir si on avait besoin d’une urgence à Cap-de-la-Madeleine, explique Nathalie Boisvert, directrice des services ambulatoires et des soins critiques, CIUSSS MCQ.

Au cours des derniers mois, le CIUSSS MCQ s’est lancé dans une vaste analyse afin de dresser un portrait clair de la population du secteur et des consultations à l’urgence Cloutier-Du Rivage.

Le CIUSSS MCQ a notamment constaté que la majorité des gens qui consultent un médecin à l’urgence Cloutier-Du Rivage ne sont pas du secteur Cap-de-la-Madeleine.

Donc déjà, on a une urgence qui ne répond pas aux besoins de cette population-là. Qui plus est, les raisons pour lesquelles ils consultent, on pourrait y répondre sans avoir accès à un médecin, mentionne Nathalie Boisvert.

Plusieurs rencontres de consultations ont été organisées au cours des dernières semaines, notamment avec 24 organismes du milieu, afin de s’assurer de développer un projet qui répond réellement aux besoins des gens, affirme le CIUSSS MCQ.

Des réactions

Par ailleurs, le syndicat des infirmières considère que sur papier, il s'agit d'un projet intéressant à condition qu'il se concrétise tel quel et qu'on recrute le personnel nécessaire à temps pour l'ouverture de la nouvelle clinique.

Invitée à réagir, la députée de Champlain, Sonia LeBel, a répondu par courriel que la région faisait face à des défis majeurs au niveau des effectifs médicaux.

C’est pourquoi je travaille étroitement avec ma collègue, la ministre McCann, et les gens du ministère de la Santé et des Services sociaux pour m’assurer que les citoyennes et citoyens de Champlain continuent de bénéficier de services de qualité qui répondent aux besoins de la population. Les discussions avec les partenaires sont toujours en cours et je continue de suivre le déploiement du projet de près , ajoute-t-elle.

Mauricie et Centre du Québec

Hôpitaux