•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La Classique internationale de canots : une tradition bien ancrée en Mauricie

    Équipes de canotiers qui pagaient lors du départ de la Classique internationale de canots de la Mauricie.

    Les canotiers affrontent la rivière Saint-Maurice lors de la Classique internationale de canots de la Mauricie.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Depuis 1934, la rivière Saint-Maurice accueille les meilleurs athlètes canotiers à l'occasion de la Classique internationale de canots de la Mauricie. Nos journalistes sont allés à la rencontre de ces rameurs aguerris qui, chaque année, se mesurent à ce cours d'eau, de La Tuque à Trois-Rivières.

    Lors de la Classique internationale de canots de la Mauricie, c’est près de 200 km que parcourent les valeureux pagayeurs. En équipe de deux, ils descendent la rivière et contournent trois barrages pour autant de portages. La course se divise en trois étapes.

    En 1934, lors de la première course, 11 équipes se disputaient la première place.

    Aujourd’hui, outre le canot, plusieurs autres types d’embarcations se font la course. C’est le cas des kayaks, des rabaskas, des planches à pagaie (paddle board) et des canots munis de barres latérales (outrigger).

    En 2019 pour la 86e édition, 320 athlètes participent à six courses.

    Vaincre les courants grâce aux encouragements

    Le 30 juillet 1982 à Reflet d’un pays, la journaliste Louise Hamel rencontre le canotier André Papillon qui lui parle de cette tradition mauricienne.

    Reflet d’un pays, 30 juillet 1982

    La première course en 1934 est organisée par le club Radisson pour célébrer le tricentenaire de la Ville de Trois Rivières.

    Dans ce temps-là, c’était assez typique, c’était des gars de chantier qui descendaient la rivière.

    André Papillon, canotier

    Déjà en 1982, une centaine d’équipes prenaient le départ.

    Le canotier explique que le rapide des Forges lui donne parfois la frousse, car les vagues peuvent atteindre de trois à quatre pieds de haut vers la fin du rapide.

    Année après année, ce qui le pousse à recommencer, c’est l’amour du canot, de la compétition et le désir de se maintenir en forme.

    Tout au long du parcours, les canoteurs peuvent compter sur les cris d’encouragement de milliers de spectateurs.

    En tant que gars de la Mauricie, on l’a vu passer, on est sur le boulevard on claque des mains quand ça passe et quand on est dedans c’est un feeling.

    Spectateur

    Il faut ramer avec force, mais aussi transporter le canot rapidement. Les athlètes ne doivent pas perdre de temps entre les portages.

    André Papillon estime que le canot gagne en popularité.

    C’est un gros loisir, le canot. Non seulement la compétition, mais la promenade, le canot-camping. J’entrevois l’avenir avec optimisme.

    André Papillon

    L’indétrônable Serge Corbin, « le roi de la rivière »

    Le 16 octobre 1999 à Franc jeu, le reporter Guy Daoust nous présente le champion incontesté de la Classique internationale de canots, Serge Corbin.

    Franc jeu, 16 octobre 1999

    Au moment de cette 67e édition de la Classique de canots, Serge Corbin est âgé de 42 ans et est en quête de sa 22e victoire.

    Par une température de 30 degrés, le rameur originaire du Cap-de-la-Madeleine et son coéquipier, Normand Mainguy, mettent neuf heures à franchir la distance entre La Tuque et Grand-Mère. Ils arrivent à la fin de la première épreuve avec une avance de cinq minutes trente secondes, devant leurs plus proches concurrents. L'équipe réussira à conserver cette avance, et Serge Corbin, son titre.

    Celui que l’on surnomme « le roi de la rivière » connaît les secrets d’une bonne organisation. Ses ravitaillements sont préparés avec soin très tôt le matin et planifiés dès la veille.

    C’est en 1973 que Serge Corbin participe à sa première Classique en compagnie de son frère Claude. Il n’a que 16 ans. Ils arrivent au deuxième rang et, dès l’année suivante, gagnent leur premier titre.

    Claude Corbin a descendu la Saint-Maurice cinq fois en compétition avant de devoir abandonner le canotage en raison de blessures au dos. « Huit autres partenaires se sont ensuite succédé dans le canot de Serge Corbin. »

    Serge, c’est un gars bien exigeant, mais il est exigeant envers lui. Ce n’est pas le gars qui va te dire entraîne-toi de telle ou telle manière. Mais t’as pas le choix, faut que tu suives. Tu le vois par ses actes, sa motivation, son entraînement. Il t’entraîne dans son sillage veux, veux pas.

    Normand Mainguy, coéquipier

    Quand j’en ai perdu une, je suis revenu beaucoup plus fort l’année d’ensuite. Je n’en ai jamais perdu deux de suite.

    Serge Corbin

    En novembre 2014, Serge Corbin est admis au Temple de la renommée des sports du Québec. Il a remporté à 26 reprises de la Classique internationale de canots de la Mauricie.

    Une baisse de popularité suivie d’un regain

    Aux Nouvelles du Sport du 7 août 2002, Richard L’Heureux présente un reportage sur la Classique internationale de canots de la Mauricie.

    Nouvelles du Sport, 7 août 2002

    Cette année-là, la Classique est de retour à Trois-Rivières après huit ans d’absence.

    C’est qu’en 1994, la course avait été contrainte de s’arrêter à la deuxième étape faute de financement et de bénévoles. La population trifluvienne avait perdu de l’intérêt pour la course, si bien qu’on comptait au début des années 1990 plus de spectateurs au Centre-Mauricie qu’au fil d’arrivée de la cité de Laviolette.

    Le directeur général de l’époque, Réjean Huard, fera tout en son pouvoir pour sauver l’événement. Il ira chercher de l’argent frais avec des événements comme la « Marche du Huard » entre La Tuque et Shawinigan pour recueillir des fonds.

    Il donnera un nouveau souffle à la Classique avec entre autres le « Petit défi », rebaptisé à son décès le « Défi Réjean Huard ».

    Le « Défi Rejean Huard » permet à des gens affichant des déficiences physiques ou intellectuelles de se joindre à un canotier d’expérience pour vivre une course.

    Des changements de parcours et la mise sur pied de la Place des canotiers à Shawinigan sont autant d'éléments qui auront tôt fait d’attirer de nouveaux adeptes.

    Il y a un engouement absolument extraordinaire avec les changements de parcours. […] On attend beaucoup d’équipes!

    Réjean Huard

    La Classique internationale de canots de la Mauricie, la course de canots la plus prestigieuse de l’Amérique, fait partie de l’histoire de la Mauricie et de sa rivière depuis plus de 85 ans.

    Cette année, 70 000 spectateurs sont attendus tout au long des berges de la majestueuse rivière Saint-Maurice. Les participants pourront remporter des bourses dont les montants varient de 100 $ à 7500 $.

    Archives

    Sports