•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment l'Université de l'Ontario français compte se démarquer des autres institutions?

Un professeur d'université.

L'Université de l'Ontario français pourrait accueillir sa première cohorte d'étudiants en 2021.

Photo : iStock / Nattakorn Maneerat

L'Université de l'Ontario français (UOF) n'ouvrira pas ses portes avant, possiblement, 2021. En attendant, les équipes continuent de développer les programmes annoncés et d'organiser les premières activités académiques, notamment une école d'été, sur deux jours, et un premier certificat, en octobre.

Une soixantaine de personnes issues du monde de l'éducation et des membres du public ont participé à l'école d'été en ligne, mercredi.

Pour cette première activité académique, l'UOF a choisi de s'intéresser à la mobilisation des connaissances, notamment pour parler du partage des savoirs, précise Marc Johnson, directeur du Carrefour francophone du savoir et de l'innovation.

Ces discussions permettent de dessiner la vision de l'Université, qui se construit petit à petit, en dépit de peu de financement, et grâce aux partenariats, indique M. Johnson.

Pour se démarquer des autres universités, il faudra offrir des programmes novateurs, ancrés dans l'air du temps et ne pas recréer ce qui se fait déjà ailleurs, estime M. Johnson.

L'école d'été se déroulait en ligne, mais l'équipe de professeurs était dans les locaux du Groupe Média TFO pour animer.

L'école d'été se déroulait en ligne, mais l'équipe de professeurs était dans les locaux du Groupe Média TFO pour l'animer.

Photo : Radio-Canada

On a identifié les besoins immédiats et ceux émergents. On s'attache à ces besoins et aux tendances pour créer une université qui ne sera pas comme les autres. Et on a de la chance, on crée une université de toutes pièces donc on n'a pas besoin de changer des structures.

Marc Johnson, directeur du Carrefour francophone du savoir et de l'innovation

Les premiers programmes de l'UOF, qui seront multidisciplinaires, porteront sur les cultures numériques, les environnements urbains, la pluralité humaine et l'économie mondialisée.

L'Université va se pencher sur l'intelligence artificielle, comment celle-ci va se répercuter dans la gestion des ressources humaines, dans les communications ou encore le journalisme, la création artistique ou les entreprises, donne en exemple M. Johnson.

Miser sur les partenariats

Le tout premier programme académique qui débutera cet automne est d'ailleurs le fruit d'un partenariat.

Il s'agit d'un certificat de deuxième cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur. Le programme est réservé aux enseignants du collège La Cité.

Le collège assumera tous les coûts liés au programme et utilisera ses propres locaux.

Les diplômés de ce certificat auront la possibilité de poursuivre leur cheminement à la maîtrise dans le cadre d’une entente avec l’Université Laval.

Jason Luckerhoff, vice-recteur au développement des programmes de l'Université de l'Ontario français parle devant un micro lors d'une conférence de presse.

Jason Luckerhoff, vice-recteur au développement des programmes de l'Université de l'Ontario français, a précisé que le programme sera offert en quatre blocs.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Le vice-recteur au développement des programmes, Jason Luckerhoff, précise que Didier Paquelin, professeur titulaire de la Chaire de leadership en enseignement sur la pédagogie de l'enseignement supérieur à l'Université Laval, sera le coordonnateur du programme.

Quatre à cinq autre professeurs devraient y participer et les noms seront connus bientôt, ajoute-t-il.

Selon lui ce programme était aussi une demande de la communauté d'enseignants.

Pour ceux qui sont dans l'enseignement supérieur ce n'est pas une obligation que d'avoir ce cours alors seulement une minorité le font. Des universités commencent maintenant à les obliger à suivre ces formations, donc il y a de l'intérêt, assure-t-il. Par exemple les cégeps et collègues, selon lui.

Se spécialiser

La volonté de cet enseignement est aussi de s'éloigner des cours magistraux, précise M. Luckerhoff, qui veut miser sur un format plus adapté aux étudiants et flexible.

Les cours devront également être en ligne, afin que les étudiants puissent les suivre de chez eux lorsqu'ils le désirent.

Dès le début, on a voulu occuper un créneau inoccupé et ne pas entrer en compétition avec les autres universités. On veut faire des partenariats pour développer de nouveaux programmes.

Jason Luckerhoff, vice-recteur au développement des programmes

Il assure par ailleurs que ces partenariats continueront même lorsque l'UOF aura des locaux bien à elle.

Marc Johnson abonde dans le même sens. Ça fait partie de la vision de l'Université de faire des partenariats, notamment parce qu'on ne veut pas être une université généraliste, dit-il.

Un dessin représentant une école. On y voit un drapeau franco-ontarien et des finissants.

L'Université de l'Ontario français voudrait ouvrir ses portes à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Parmi les propositions, il y aurait la possibilité pour les étudiants de faire deux diplômes entre l'UOF et une université ou un collège partenaire.

Il est aussi prévu que des universités anglophones soient partenaires, pour que nos étudiants puissent compléter leur programme avec un meilleur niveau de bilinguisme, indique M. Johnson, rappelant toutefois que ce ne sera pas dans le mandat de l'UOF d'apprendre le français à ses élèves.

Tous les étudiants devront suivre une formation linguistique durant leur séjour à l'Université. Celle-ci comprendra trois langues.

Les étudiants devront avoir ce portfolio linguistique et interculturel. Cela peut être fait chez des partenaires, mais ils devront avoir ces crédits là pour valider leur année, souligne M. Johnson.

L'école d'été se poursuit jeudi à l'Alliance française de Toronto, mais cette fois, elle n'est ouverte qu'aux partenaires du Carrefour francophone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Enseignement universitaire