•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours autant de bruit à Saint-Lambert, au grand dam des résidents

Le festival Osheaga

Le festival Osheaga, qui se tient chaque année en période estivale, a accueilli plus de 130 000 spectateurs en 2019.

Photo : Facebook/Osheaga

Normand Grondin

Nouvel amphithéâtre, nouveaux appareils de contrôle du son, mais toujours autant de bruit. Une soixantaine de résidents de Saint-Lambert, à Montréal, ont exprimé leur mécontentement mardi soir, lors d'une rencontre d'information sur le bruit en provenance du parc Jean-Drapeau.

Osheaga, Île Soniq, Heavy Montréal, la fête nationale : la quantité de spectacles au parc Jean-Drapeau augmente d'année en année avec aujourd'hui plus de 80 événements différents durant la belle saison, dont certains très bruyants malgré les efforts faits depuis quelques mois pour réduire les nuisances sonores.

« Je pense que c'est un problème insoluble et qui devrait être porté au niveau du gouvernement pour des questions de santé publique », a déploré une citoyenne, qui a vu ses fenêtres trembler à de nombreuses reprises cet été.

« La Ville fait des efforts, a concédé un autre citoyen, mais c'est la vocation du parc qu'il faudrait changer. »

Le directeur général du parc Jean-Drapeau, Ronald Cyr, reconnaît qu'il reste du travail à faire, mais il croit qu'il est possible d'arriver à une entente qui satisfait toutes les parties. « C'est une question de rodage, d'ajustements avec les experts. On va analyser tout ça et faire un bilan avec des recommandations », assure-t-il.

Entre-temps, toutes les parties promettent de travailler ensemble pour améliorer le confort des citoyens, sans nuire aux grands festivals musicaux extérieurs.

S’il y a un expert qui a la solution magique, donnez-moi son numéro et on va l'appeler.

Pierre Brodeur, maire de Saint-Lambert

Selon le maire de Saint-Lambert, Pierre Brodeur, il s'est fait plus de réunions à ce sujet dans les 18 derniers mois que dans les 7 dernières années.

« Dans la rue, les citoyens que je rencontre ne se plaignent pas tous du bruit, loin de là », ajoute-t-il, évoquant plutôt un « problème de génération ».

Ronald Cyr rappelle également que la plupart des promoteurs d'événements sont maintenant soumis à la nouvelle limite de bruit imposée par Montréal et que les autres le seront dès que leurs contrats seront renouvelés en 2020. « À compter de là, les règles du jeu vont changer pour tout le monde », a-t-il déclaré.

Il y a au moins une chose sur laquelle toutes les parties s'entendent : ce sont surtout les basses fréquences qui perturbent le plus la tranquillité des citoyens de Saint-Lambert.  Dans certains cas, elles sont encore très puissantes et difficiles à atténuer. 

La Ville de Saint-Lambert et la Société du parc Jean-Drapeau devraient remettre d'ici quelques mois un bilan écrit de leurs efforts pour réduire le problème de son sur la Rive-Sud de Montréal.

Grand Montréal

Politique municipale