•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Epstein : une quinzaine d'accusatrices expriment leur colère devant la cour

Jennifer Araoz s'adressant aux médias. Elle fait face à plus d'une dizaine de micros.

Après la mort de son agresseur présumé, Jennifer Araoz a entrepris des démarches judiciaires contre ses héritiers pour obtenir réparation.

Photo : Reuters / Shannon Stapleton

The Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une par une, une quinzaine d'accusatrices de Jeffrey Epstein se sont présentées devant un juge et ont exprimé leur colère, mardi. Elles profitaient d'une occasion d'être entendues devant la cour malgré le suicide en prison du financier, acte qui a mis un terme au procès pour trafic sexuel qui se préparait contre lui.

Il m'a privée de mes rêves et de ma chance de poursuivre une carrière que j'adorais, a déclaré Jennifer Araoz, qui a accusé Jeffrey Epstein de l'avoir violée à New York à l'âge de 15 ans.

« Le fait que je n'aurai jamais l'occasion d'affronter mon prédateur en cour me ronge. Ils ont laissé cet homme se tuer et tuer tout espoir de justice pour tant d'autres. »

— Une citation de  Jennifer Araoz, présumée victime

L'audience avait été convoquée par le juge Richard Berman, qui préside les procédures judiciaires visant Jeffrey Epstein depuis son arrestation en juillet.

Le richissime homme d'affaires était accusé d'avoir agressé sexuellement des dizaines d'adolescentes au début des années 2000 dans ses propriétés de New York et de la Floride.

Jeffrey Epstein, mal rasé, regarde l'objectif de l'appareil photo.

Une photo de Jeffrey Epstein qui apparaît dans le registre des délinquants sexuels de l'État de New York.

Photo : Reuters

Le juge devait décider de l'abandon des accusations compte tenu de la mort de l'accusé, une étape judiciaire qui n'est habituellement qu'une formalité. Mais il a offert aux accusatrices du puissant financier une occasion inhabituelle de se faire entendre par la cour.

Plusieurs de ces femmes se sont décrites comme des survivantes et ont dit espérer que leurs déclarations publiques aident d'autres femmes à guérir. Elles s'en sont prises à Jeffrey Epstein pour les crimes qu'il aurait commis et son suicide dans sa cellule le 10 août.

C'est un lâche, a déclaré Courtney Wild, qui a expliqué avoir été agressée sexuellement en Floride à l'âge de 14 ans. La justice n'a jamais été rendue dans cette affaire.

Au club de Donald Trump

Virginia Roberts Giuffre a affirmé qu'elle avait 15 ans et travaillait pour le club privé Mar-a-Lago de Donald Trump lorsqu'elle a été recrutée pour avoir des relations sexuelles avec Jeffrey Epstein.

« Mes espoirs ont rapidement été brisés et mes rêves volés. »

— Une citation de  Virginia Roberts Giuffre, présumée victime
Virginia Roberts Giuffre parle dans un micro à sa sortie du tribunal.

Virginia Roberts Giuffre, une présumée victime du financier Jeffrey Epstein, a dit que ce dernier avait détruit sa vie.

Photo : Associated Press / Bebeto Matthews

Sarah Ransome, qui a raconté que le financier avait fait pression sur elle pour avoir des relations sexuelles non désirées alors qu'elle était dans la vingtaine, a demandé aux procureurs de poursuivre leurs efforts pour traduire en justice les autres personnes soupçonnées d'être impliquées dans ce scandale.

Finissez ce que vous avez commencé. [...] Nous sommes des survivantes, et la recherche de la justice ne doit pas s'affaiblir, a-t-elle déclaré.

Certaines femmes ont décrit leur honte et leur gêne, affirmant que Jeffrey Epstein les avait manipulées en utilisant sa richesse, son pouvoir et ses relations avec des célébrités et des personnalités politiques tout en profitant de leur vulnérabilité.

Un coroner de New York a déterminé que l'accusé s'était suicidé dans sa cellule.

Mais l'un des avocats de M. Epstein, Martin Weinberg, a contesté cette conclusion lors de l'audience de mardi, affirmant devant le juge qu'un expert embauché par la défense avait déterminé que ses fractures au cou étaient « plus compatibles [...] avec un homicide » qu'avec un suicide.

Découvrez ce qui est arrivé à notre client, a lancé l'avocat au juge. Nous sommes plutôt en colère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !