•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l'information à Télé-Québec? Les syndicats disent oui

Le reportage de Louis-Philippe Ouimet

Photo : Assemblée nationale du Québec

Louis-Gabriel Parent-Belzile
Mis à jour le 

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui représente les employés en radio-télédiffusion de Télé-Québec, espère que le média public aura l’occasion de jouer un rôle accru dans l’avenir de l’information journalistique au Québec.

La CSQ appuie l’idée lancée par la ministre de la Culture Nathalie Roy de mettre de l’information sur la plateforme numérique de Télé-Québec. Lors de la commission parlementaire sur l’avenir des médias, mardi matin, la centrale syndicale a évoqué les avantages et les possibilités d’un tel scénario.

Télé-Québec et sa plateforme web, fait valoir la CSQ, bénéficient d’une popularité en hausse. Le média d’État attire un auditoire en croissance, qui inclut 51 % du public francophone. Sa plateforme web attire près d’un million de visites par mois. La société d'État a les infrastructures nécessaires pour diffuser de l’information.

Le syndicat est conscient que Télé-Québec ne doit pas concurrencer les médias régionaux privés. « C’est vraiment important [que la commission s’en assure] », estime la présidente Sonia Ethier, qui est cela dit certaine qu’« il peut y avoir une complémentarité ».

La consultante Nicole de Sève fait notamment valoir que la création de bulletins d’information hebdomadaires, voire mensuels, ou d’émissions d’affaires publiques ne représente pas une menace pour les quotidiens écrits.

Elle n’écarte pas la faisabilité d’une couverture journalistique plus importante, quotidienne, mais préfère prendre connaissance des intentions du gouvernement avant d’arrêter sa préférence sur un plan spécifique.

Le financement serait aussi un enjeu. Si Télé-Québec veut produire des nouvelles à travers tout le Québec, il lui faudra un budget accru.

Comme d’autres groupes, la CSQ incite le gouvernement à consacrer une part des revenus de la taxe de vente (TVQ) au financement des médias régionaux ainsi que de Télé-Québec. Elle l’encourage aussi à taxer les géants du web et à consacrer aussi cet argent aux médias.

Lundi, la commission avait entendu des porte-parole de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), qui représente elle aussi de nombreux employés de Télé-Québec.

La présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), Pascale St-Onge, avait aussi exprimé son ouverture à la possibilité de voir Télé-Québec diffuser des contenus journalistiques.

« C'est important pour nous de dire qu'on ne souhaite pas que Télé-Québec développe des médias ou des salles de nouvelles dans les endroits où il y a déjà des médias », avait-elle néanmoins fait valoir, craignant un effet de concurrence.

Dans ces endroits, elle propose plutôt que Télé-Québec fasse profiter de son expertise technologique et aux médias indépendants.

Comme les représentantes de la CSQ, elle croit qu’une augmentation du budget de Télé-Québec est nécessaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique