•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feu vert pour la tenue de consultations sur le plan environnemental à Saskatoon

L'hôtel de ville de Saskatoon à l'automne.

En approuvant le plan environnemental préliminaire, les conseillers donnent le feu vert à la tenue de consultations sur les projets spécifiques qui permettront d'atteindre l'objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Photo : CBC / Guy Quenneville

Radio-Canada

Les conseillers municipaux de Saskatoon ont approuvé à la majorité le plan préliminaire mis de l’avant par la Ville pour réduire de 80 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050.

Selon la Ville, des investissements de 19 milliards de dollars sont nécessaires pour mener à bien le projet environnemental, alors que les retombées économiques sont estimées à 14,6 millions de dollars.

Le maire Charlie Clark rappelle cependant qu’en approuvant le plan préliminaire, lundi, les conseillers municipaux n’ont fait que donner leur accord pour entamer le processus de consultation auprès des habitants de la Ville des Ponts.

Ces derniers seront consultés à propos des 40 projets spécifiques (Nouvelle fenêtre) qui permettront d’atteindre l’objectif de réduction des émissions deGES.

Chaque projet qui se trouve sur la liste devra aussi être approuvé par le conseil municipal.

Charlie Clark affirme que la Ville se doit d’être prévoyante afin d’instaurer des mesures qui aideront à protéger l’environnement.

Ce serait inquiétant si nous ne montrions pas que nous voulons nous attaquer au problème des changements climatiques. Nous pouvons faire preuve de leadership, indique-t-il.

Préoccupations

Si sept conseillers municipaux ont voté en faveur du plan préliminaire, quatre d’entre eux ont exprimé des réticences quant aux projets spécifiques qui seront proposés à la population.

C’est le cas de Troy Davies, qui estime que la Municipalité devrait montrer l’exemple en instaurant des initiatives vertes au sein des établissements qui lui appartiennent avant de demander aux habitants de faire de même à la maison.

Avant de cogner à leur porte et de leur dire comment ils doivent vivre, il faut d’abord le faire soi-même, soutient-il.

Avec les informations de Guy Quenneville

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !