•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mort d’un Néo-Écossais en attente d’une ambulance fera l’objet d’un examen

David Benedict qui fait usage d'une scie mécanique.

David Benedict était charpentier, mais il avait été contraint de quitter le métier à cause de la progression de sa sclérose en plaques. Il est mort à l'âge de 54 ans.

Photo : Karla Dehmel

Radio-Canada

Le ministre de la Santé de la Nouvelle-Écosse, Randy Delorey, a commandé un examen interne du cas d’un homme de la vallée d’Annapolis qui est décédé pendant qu’il attendait un transfert par ambulance.

L’homme, David Benedict, s’est présenté à l’hôpital Soldiers Memorial de Middleton le 9 août. Il souffrait de forts maux de tête. L’urgentologue de service avait ordonné son transfert à l’hôpital régional de Kentville pour un test d’imagerie, parce qu’il soupçonnait des saignements au cerveau.

Or, l’attente pour l’ambulance, qui devait être de quelques heures, s’est prolongée et M. Benedict est mort au cours de la nuit, à l’hôpital de Middleton.

Je comprends que la famille se pose des questions, j’en ai moi aussi, affirme le ministre dans un communiqué. C’est pourquoi j’ai demandé à la Régie de la santé et à EHS [l’agence qui assure les services ambulanciers, en Nouvelle-Écosse] de faire un examen conjoint.

EHS a expliqué plus tôt cette semaine qu’il y avait eu plusieurs appels d’urgence, le soir où M. Benedict est entré à l’hôpital. Des transferts de patients déjà hospitalisés avaient donc dû être repoussés.

La veuve de David Benedict, Karla Dehmel, n’en est pas moins critique. Elle estime que les services de santé doivent être disponibles en temps opportun pour tous ceux qui en ont besoin. Le système de santé doit être réformé, a-t-elle déclaré à CBC, parce que des malades passent entre les mailles du filet.

Les choses doivent changer. Malheureusement, David est décédé, mais j’espère que d’autres ne subiront pas le même sort.

Karla Dehmel, veuve de David Benedict
Karla Dehmel pose dans sa cuisine.

La veuve de David Benedict, Karla Dehmel, estime que le système de santé néo-écossais a failli à la tâche et doit être réformé.

Photo : CBC/Michael Gorman

Un transfert plus rapide n’aurait peut-être pas permis de sauver son mari, qui souffrait de deux affections graves, une maladie du rein et une forme accélérée de la sclérose en plaques, mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il parte aussi vite. Elle croit que son transfert à Kentville aurait permis de le maintenir en vie suffisamment longtemps pour qu’il puisse décider de continuer à subir ou non des traitements, même si le pronostic n'était pas favorable dans son cas.

Des solutions immédiates réclamées par l'opposition

Selon le chef de l’opposition néo-démocrate, Gary Burrill, le cas de M. Benedict est révélateur d’un problème systémique au sein du réseau de santé.

Les ambulances doivent fréquemment attendre aux urgences des hôpitaux parce qu’il n’y a pas de lits pour accueillir les malades qu’elles transportent, et si des lits ne sont pas disponibles, c’est bien souvent parce qu’ils sont occupés par des patients en attente d’un placement dans un foyer de soins.

Deux ambulances attendent à l'extérieur de l'urgence d'un hôpital.

Les ambulances doivent fréquemment attendre à l'extérieur des hôpitaux de la Nouvelle-Écosse parce qu'il n'y a pas de lits disponibles pour leurs malades.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Ce problème étant bien connu, la province devrait lancer sans tarder la construction de nouvelles résidences de soins de longue durée, selon lui.

Pour sa part, le chef de l’opposition officielle, le conservateur Tim Houston, affirme que le gouvernement McNeil doit moderniser le service d’ambulances, par exemple en créant des services distincts pour les urgences et pour les transferts de patients. Cette solution a été adoptée dans certaines régions de la province, mais pas partout.

Le gouvernement provincial a commandé un examen des services d’ambulances. Les résultats devaient à l’origine être connus en décembre, mais ils ont été repoussés au printemps prochain.

Avec les renseignements de Michael Gorman, CBC

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale