•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de diversité parmi les candidats des partis politiques

Un montage de quatre photos montrant en gros plan le visage de deux femmes et de deux hommes.

Jasmine Brar, candidate du Parti progressiste-conservateur, Lisa Naylor ,candidate pour le Nouveau Parti démocratique, Sarb Gill, candidat pour le Parti libéral, et Ron Evans, candidat du Parti progressiste-conservateur.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les formations politiques de la province présentent un grand nombre de candidats issus de la diversité en vue des élections provinciales du 10 septembre.

Le Parti progressiste-conservateur (PC) et le Nouveau Parti démocratique (NPD) sont ceux qui ont nommé le plus grand nombre de candidats autochtones dans l’histoire moderne du Manitoba.

On remarque de plus en plus une sensibilisation aux questions autochtones, remarque Royce Koop, responsable du département de sciences politiques de l’Université du Manitoba.

Parmi les 57 candidats néo-démocrates, 10 sont issus des communautés autochtones. Le NPD confirme que ce nombre représente un record dans l'histoire du parti.

Le PC et le Parti libéral ont chacun présenté 7 candidats autochtones sur les 57 circonscriptions de la province.

Royce Coop estime que ce nombre vient réfuter l’argument qui présente les conservateurs comme étant insensibles aux problèmes des communautés autochtones.

Le politologue au Collège Saint-Paul de l’Université du Manitoba Christopher Adams juge cette hausse de la représentation de la diversité sur la scène politique démocratique.

En général, certaines personnes qui viennent d’un groupe ethnique ou de certaines classes sociales ont tendance à avoir une attitude différente pour les personnes avec qui elles ont grandi, mentionne-t-il.

Par exemple, dans la circonscription de Keewatinook, où les Autochtones représentent plus de 90 % la population, les trois partis principaux ont tous nommés un candidat autochtone.

Un grand nombre de femmes font aussi partie des candidats des formations politiques.

Le NPD a nommé 24 femmes candidates, les conservateurs, 22, et les libéraux, 19, en vue des élections provinciales.

De plus, le NPD a nommé deux femmes ouvertement homosexuelles dans des circonscriptions gagnées par les néo-démocrates à la dernière élection provinciale : Uzoma Asagwara dans Union Station et Lisa Naylor dans Wolseley.

Christopher Adams et Royce Koop, soulignent que le nombre de candidats issus de la diversité qui seront élus le soir des élections sera toutefois le vrai test.

Habituellement, ils sont choisis comme candidats, mais sans vraiment avoir de chances de gagner dans leur circonscription, avance Royce Koop.

Christopher Adams ajoute que, cette fois-ci, cela ne semble pas le cas.

« Non seulement nous voyons plus de diversité chez les candidats, mais certains sont dans des circonscriptions où ils ont des chances d'être élus », fait-il remarquer.

Il donne l'exemple de deux candidates conservatrices : Colleen Mayer, une personne métisse qui se présente dans Saint-Vital, et Audrey Gordon, qui vient de la Jamaïque et qui se présente dans Southdale, une banlieue présentement conservatrice.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 au Manitoba

En tout, les libéraux ont nommé 14 personnes de différentes origines, le NPD en a nommé 18, et les conservateurs six.

Quant au Parti vert, il affirme qu'il ne tient pas de statistiques sur les origines de ses candidats.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique provinciale