•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université de l'Ontario français : le gouvernement Ford veut un accord avant les élections

Gros plan du visage d'un homme portant un complet.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Radio-Canada

Ottawa confirme que des négociations ont lieu avec le gouvernement de Doug Ford concernant le projet d'Université de l'Ontario français à Toronto (UOF). L'Ontario souhaite conclure une entente avant les élections fédérales d'octobre.

Le gouvernement de Doug Ford avait annulé le projet de création d'une première université française en Ontario en novembre 2018, citant le déficit provincial, avant de dire, face au tollé populaire, que le projet était simplement reporté, mais sans donner d'échéancier.

En janvier dernier, le gouvernement Trudeau avait octroyé 1,9 million de dollars pour maintenir l'équipe de mise en oeuvre de l'UOF à qui les conservateurs ontariens avaient coupé les vivres, menant à une guerre de mots et de chiffres entre les deux gouvernements.

Photo en mosaïque de deux femmes blondes.

La ministre ontarienne des Affaires francophones, Caroline Mulroney (à gauche), et la ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly

Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle/Mark Blinch

Au début d'août, la ministre ontarienne des Affaires francophones, Caroline Mulroney, et son homologue fédérale, Mélanie Joly, avaient finalement eu une première discussion de vive voix.

Les pourparlers se sont poursuivis par la suite entre les deux gouvernements, indique l'attaché de presse de la ministre Joly, Jérémy Ghio.

On a eu de bonnes discussions cet été, après huit mois de silence de la part du gouvernement Ford. On est toujours loin d’une proposition concrète et chiffrée de la part de la province.

Jérémy Ghio, attaché de presse de la ministre Joly

M. Ghio n'a pas donné de détails sur la teneur des négociations.

Selon le porte-parole de la ministre Mulroney, Matthew Conway, la province voudrait que le fédéral verse 60 millions pour financer les quatre premières années de l'Université de l'Ontario français. Le gouvernement Ford s'engagerait en retour à investir 60 millions, lorsque l'Ontario aura éliminé son déficit.

Entente avant les élections?

M. Conway confirme que le gouvernement ontarien souhaite conclure un accord avec les libéraux à Ottawa avant le « déclenchement des élections » fédérales d'octobre.

Il nie toutefois que les conservateurs de Doug Ford cherchent ainsi à éviter que le dossier soit un boulet au pied de leurs cousins fédéraux durant la campagne. [L'objectif] est strictement d'avoir une entente le plus vite possible, dit-il, soulignant que « pas grand-chose » ne se passe au gouvernement une fois la campagne déclenchée.

Toutefois, selon une source proche du dossier à Ottawa, il s'agit « clairement d'une tentative d'enlever une épine au pied d'Andrew Scheer ».

Il y a beaucoup de bonne volonté. On appuie le projet et on veut le faire avancer, mais on va faire nos devoirs et on ne se fera pas bousculer par des interventions à minuit moins une, affirme Jérémy Ghio, l'attaché de la ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie.

Le gouvernement Ford a accusé le gouvernement Trudeau de sous-financer les services en français en Ontario, réclamant ainsi une aide supplémentaire du fédéral avant de relancer le projet d'université francophone à Toronto.

M. Conway précise que les « fonctionnaires se parlent en ce moment ».

Le gouvernement fédéral a, dans le passé, fourni de l’aide pour l’établissement d’établissements d’enseignement postsecondaire pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire, explique-t-il. Ils ont aussi indiqué la flexibilité de leurs programmes pour que le financement fédéral puisse appuyer les coûts de l’Université de l’Ontario français dans les premières années.

Nous sommes heureux d’engager un dialogue constructif au sujet de la portée de la contribution du gouvernement fédéral au projet de l’Université de l’Ontario français.

Matthew Conway, directeur des affaires francophones au bureau de la ministre Mulroney

Ouverture en 2021?

Le NPD provincial accuse le gouvernement Ford de se traîner les pieds dans le dossier.

Il rappelle pour sa part que cette nouvelle université est un droit constitutionnel et qu’elle répondra a un besoin pressant.

Les francophones et francophiles ainsi que les industries qui comptaient sur l’ouverture de l’UOF méritaient mieux que d’être utilisés comme otages politiques par Doug Ford.

Guy Bourgouin, porte-parole du NPD en matière d’affaires francophones, dans une déclaration écrite

De son côté, l'ancienne ministre ontarienne des Affaires francophones, Madeleine Meilleur, qualifie ces négociations de « bonne nouvelle », mais elle ajoute qu'elle est « inquiète ».

Madeleine Meilleur, ex-procureure générale de l'Ontario et ex-ministre déléguée aux Affaires francophones.

Madeleine Meilleur, ancienne ministre déléguée aux Affaires francophones

Photo : Radio-Canada

Selon elle, à moins d'une entente « solide », un gouvernement conservateur à Ottawa pourrait évoquer un déficit plus élevé que prévu, par exemple, pour renoncer au financement de l'UOF après les élections.

L'établissement devait à l'origine ouvrir ses portes en 2020.

La présidente du Conseil de gouvernance de l'UOF, Dyane Adam, croit maintenant que, si une entente est conclue prochainement, l'Université pourrait accueillir sa première cohorte d'étudiants en 2021. Il va falloir mettre la machine au max, dit-elle, mais c'est possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique fédérale