•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chiens renifleurs de C. difficile ont du succès dans un hôpital de Vancouver

Deux chiens alertes sont tenus en laisse par une dresseuse. un autre est sur le sol, tenu en laisse par une autre dresseuse.

Les dresseuses Jaime Knowles et Teresa Zurberg tiennent en laisse les chiens Rudi, Dodger et Angus avant un exercice de détection

Photo : Benoît Ferradini

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des chiens renifleurs de bactéries ont découvert près de 400 sources de bactérie Clostridium difficile à l'Hôpital général de Vancouver entre 2017 et 2018, selon une étude de la revue Canadian Journal of Infection Control qui s'est penchée sur ce programme canin unique en Amérique du Nord.

C'est ainsi qu'Angus et Dodger sillonnent les couloirs de l'hôpital depuis déjà trois ans.

Le C. difficile repéré à 391 reprises

Ces résidents bien connus des patients sont deux épagneuls, traditionnellement utilisés pour la chasse, spécialement dressés pour traquer l'odeur de la bactérie C. difficile.

Ils ont repéré la bactérie à 391 reprises en 18 mois, lors de 659 séances de recherches avec leurs dresseuses.

Le chien Dodger renifle la base d'un brancard dans un couloir de l'hôpital général de Vancouver.

Le chien Dodger recherche des traces de la bactérie C. difficile.

Photo : Benoît Ferradini

Teresa Zurberg, la dresseuse qui s’occupe d’Angus, a mis en place ce programme en 2016, après avoir été elle-même victime d'une infection par la bactérie C. difficile.

Pendant la saison des grippes et des rhumes, on trouve le C. difficile plus souvent que normalement. Mais en général, les chiens la repèrent quotidiennement

Une citation de :Teresa Zurberg, créatrice du programme canin de détection du C. difficile

Dans 82 % des cas, les zones où les chiens ont repéré la bactérie étaient les toilettes, les couloirs, les salles d’attente, les vestiaires du personnel et les chariots utilisés pour transporter de l’équipement.

Les chiens Rudi, Dodger et Angus sont tenus en laisse par leurs dresseuses dans un couloir de l'hôpital général de Vancouver.

Les chiens Rudi, Dodger et Angus sont tenus en laisse par leurs dresseuses dans un couloir de l'hôpital général de Vancouver

Photo : Benoît Ferradini

Les équipes canines nous ont aidés à identifier de nouveaux endroits où on n’avait pas idée que la bactérie peut être présente, explique Allison Muniak, la directrice de la prévention des infections à la Régie de la santé de Vancouver. Cela a amélioré nos techniques de nettoyage et de désinfection.

Allison Muniak donne un exemple tout simple : les chiens ont détecté la bactérie à l’intérieur d’un dévidoir de papier toilette. Auparavant, on ne désinfectait que l’extérieur du dévidoir. Maintenant, on nettoie et désinfecte l’intérieur du dévidoir, parce qu’on n’avait aucune idée que la bactérie puisse y être présente.

La bactérie C. difficile une infection qui touche 500 000 personnes chaque année aux États-Unis. La bactérie cause des diarrhées et des colites, et peut être mortelle pour des patients au système immunitaire faible.

Les talents d’Angus et Dodger ont un impact énorme sur la vie des gens en empêchant la propagation de la bactérie C. difficile.

Une citation de :Adrian Dix, ministre de la Santé de la Colombie-Britannique
Les deux chiens sont tenus en laisse par leurs dresseurs.

Les chiens Angus et Dodger se préparent à aller chercher des traces de la bactérie C. difficile.

Photo : Benoît Ferradini

Les résultats de ce qui n’était en 2016 qu’un projet pilote sont maintenant reconnus à travers le Canada et à l'étranger. Devant leur succès, les chiens Angus et Dodger sont appelés à travailler dans d'autres hôpitaux, et ce, jusqu'en Ontario. Un autre épagneul de 2 ans, Rudi, est en train d’être entraîné pour se joindre à l’équipe canine de Vancouver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !