•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • De Paquetville à l’Olympia de Paris, Édith Butler a séduit tous les publics

    Édith Butler qui chante au micro.

    En août 2019, Édith Butler est intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens pour sa carrière prolifique.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    La chanteuse acadienne Édith Butler vient d'être intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens. Plus tôt en août, la France lui rendait hommage en la nommant au grade de chevalier des Arts et des Lettres de la République française. Retour en archives sur les premiers passages en France et les succès de cette énergique au grand cœur.

    La distinction honorifique de Chevalier des Arts et des Lettres de la République française a été remise à Édith Butler par le Consul général de France, le 19 août 2019, lors d’une cérémonie à Moncton.

    Cette récompense, remise annuellement, vise à souligner le travail des artistes ayant contribué de façon significative au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde.

    L’histoire d’amour de la chanteuse acadienne avec la France remonte aux années 1970, où elle fait ses débuts en Europe.

    Les premiers pas en Europe d’une chanteuse engagée

    À Femme d’Aujourd’hui du 22 novembre 1973, la journaliste Martine De Barsy récolte les propos d’Edith Butler à la suite de ses concerts donnés à Liège et à Paris. C’est une jeune Édith Butler que l’on devine timide qui se confie à la correspondante de Radio-Canada.

    Femme d’aujourd’hui, 22 novembre 1973

    Le public a été vraiment bon. […] Ils avaient entendu parler de l’Acadie et des Acadiens déjà depuis plusieurs années. La Sagouine avec Antonine Maillet ça a donné le gros coup. Les portes étaient ouvertes pour moi.

    Édith Butler, auteur-compositeur-interprète

    Elle parle ensuite de sa carrière qu’elle a commencée en 1962 dans les Maritimes, du choix qu’elle a dû faire entre les études et la musique. Elle endosse le qualificatif d’artiste engagée.

    Je n’ai pas voulu nécessairement être une artiste engagée. C’est venu comme ça. Si je me dis chanteuse acadienne, à ce moment même tu deviens engagée vis-à-vis d’un peuple, d’une société, d’une minorité. Tu es responsable d’être une porte-parole à l’extérieur.

    Édith Butler

    Des cousins conquis à l’Olympia de Paris en 1985

    Le 10 janvier 1985 à Telex Arts, l’animateur Winston McQuade revient sur le passage d’Édith Butler à l’Olympia de Paris.

    Telex Arts, 10 janvier 1985

    Edith Butler est Acadienne. Curieusement à Paris, on dit qu’elle est la Québécoise à avoir attiré le plus de monde ces dernières années. N’empêche qu’à l’Olympia ces jours-ci, le "yable est dans cabane!"

    Winston McQuade, animateur

    À la sortie de la salle, les spectateurs sont enthousiasmés par la vitalité et le talent de la chanteuse.

    C’est la première fois que je vois Édith Butler et j’en suis bouleversé. C’est une artiste extraordinaire!

    Spectateur français

    Sa mère, émue, avoue avoir pleuré.

    Le 5 février 1985, quelques jours après son retour de France, l’animatrice Suzanne Lévesque la reçoit à Coup d’œil.

    Coup d’œil, 5 février 1985

    Édith Butler, rayonnante, explique à l’animatrice comment le succès qu’elle a remporté à l’Olympia a dépassé ses attentes.

    Ça a été absolument formidable, exceptionnel. Je ne pouvais jamais m’imaginer ça. J’étais confiante pour mon show parce que je l’avais rodé, je savais ce que je faisais, mais il reste toujours un petit doute. L’Olympia c’est quitte ou double. Soit tu le fais et c’est gagné, ou bien c’est cuit.

    Édith Butler

    L’Acadienne aux nombreuses récompenses

    Téléjournal Acadie, 5 novembre 2013

    Au Téléjournal Acadie du 5 novembre 2013, la journaliste Sophie Desautels brosse un portrait ponctué d’archives de la carrière d’Édith Butler alors qu’elle s’apprête à recevoir l’ordre national du Nouveau-Brunswick.

    Sa carrière débute dans les années 60 à Moncton, mais c’est sa participation à la populaire émission Singalong Jubilee à l’antenne de CBC qui la propulsera.

    La chanteuse originaire de Paquetville dans le nord du Nouveau-Brunswick a vendu plus de deux millions d’albums en carrière. Elle a reçu trois fois le disque de platine et cinq fois le disque d’or.

    Elle s’est mérité le prestigieux prix Charles Cros pour son album Je m’appelle Édith en 1983.

    Dans les années 1985 et 1986, elle remporte trois Félix récompensant; meilleur spectacle sur scène, meilleures ventes et artiste s’étend le plus illustré à l’étranger.

    Le Prix des arts de la scène du Gouverneur général du Canada lui est remis en 2009. Cette même année, un timbre-poste est créé à son effigie.

    La décennie du millénaire sera celle de la reconnaissance de sa carrière et de son talent et d’avoir fait connaître à travers la planète l’histoire, la culture et le folklore acadien.

    Sophie Desautels, journaliste

    Archives

    Arts