•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin paralytique de Calgary se fait cobaye et reçoit un 2e implant en Thaïlande

Un homme reçoit un traitement de physiothérapie.

Le Dr Richi Gill a reçu deux implants après s'être retrouvé paralysé à la suite d'un accident.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Un médecin, paralysé depuis un accident, a reçu un second implant expérimental durant une opération en Thaïlande dans l’espoir de reprendre un jour le contrôle de son corps.

Le Dr Richi Gill, un ancien chirurgien, s’est cassé le cou dans un accident survenu durant des vacances familiales à Hawaii. Depuis, il ne ressent rien sous le cou, mais il peut bouger les bras.

L’an dernier, il s’est rendu une première fois en Thaïlande pour recevoir un implant dans le bas du dos afin de soutenir son système nerveux et régulariser sa tension artérielle.

Il y est récemment retourné pour recevoir un second implant censé l’aider à faire bouger les bras et les mains.

« Il y a plus d’inconnue avec celui-là », explique le médecin de 38 ans en sortant d’une séance de physiothérapie. « En ce moment, c’est un peu tôt pour savoir si ça fonctionne vraiment. Il faut travailler et voir ce que ça donne. »

Quand le médecin devient cobaye

Selon le Dr Gill, peu de recherches ont été effectuées sur les effets d’un second implant, mais il espère commencer à y contribuer durant la prochaine année.

« S’il y a une amélioration, ça donnera de l’espoir à ceux qui ont subi le même genre de blessure. Dans le cas contraire, au moins nous saurons qu’il faut chercher ailleurs. »

Richi Gill est l’un des rares patients a avoir reçu un second implant, explique la directrice générale du centre de réadaptation de Calgary destiné aux patients ayant subi une blessure à la colonne vertébrale, Uyen Nguyen.

Pour elle, il reste difficile de savoir quels seront les résultats de l’expérience, mais celle-ci en vaut la peine.

« Richi comprend que ce n’est pas un moyen de guérison, mais un appareil de plus qui l’aidera à améliorer sa qualité de vie.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !