•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pilotes acrobatiques : des histoires fascinantes dans les airs comme sur terre

Le 2e Spectacle aérien de Rivière-du-Loup a fasciné petits et grands dimanche.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Radio-Canada

Un millier de personnes avaient les yeux rivés au ciel pour admirer les prouesses de pilotes acrobatiques invités au second Spectacle aérien de Rivière-du-Loup. Portrait de ces pilotes qui carburent à l'adrénaline.

Todd Farrell a pris sa retraite en tant que pilote de l’Aviation royale canadienne. Après avoir été aux commandes de Boeing 767 et avoir survécu à un cancer de stade 4, il est maintenant pilote acrobatique.

Nous allons de 0 km/h, quand l'appareil est stable et suspendu dans le vide, jusqu'à 320 km/h, raconte-t-il.

Le pilote Todd Farrell devant son avion.

Todd Farrell continue de vivre sa passion pour le vol acrobatique.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

De son côté, Rick Volker allie sa passion pour l’acrobatie aérienne à son métier de... dentiste. Il a même déplacé son cabinet à côté d’un aéroport pour pouvoir s’exercer pendant ses pauses repas. C'est la 23e année qu'il participe à des spectacles aériens.

Je ne recherche pas le frisson, c'est la vitesse! s’exclame-t-il. J'aime quand les choses vont vite, et que tu dois prendre une décision rapidement.

Avions des Snowbirds

Les Snowbirds faisaient partie de la programmation du 2e Spectacle aérien de Rivière-du-Loup

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

À 77 ans, Gordon Price a 60 ans de pilotage derrière la cravate. Et l'heure de la retraite n'a pas encore sonné.

Je regardais toujours les avions dans le ciel, raconte celui qui a commencé à voler à 17 ans et qui tient toujours un bar à whisky en Ontario. J'ai arrêté sept ans quand j'ai pris ma retraite [...] puis j'ai recommencé, et ce sont les plus beaux moments de ma vie.

Pour l'instant, une troisième présentation du Spectacle aérien de Rivière-du-Loup n'est pas confirmée. En raison de la charge de travail, l'organisation souhaite prendre une pause d'au moins un an.

D’après un reportage de Laurie Dufresne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Société