•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une invitation à circuler par le Saguenay–Lac-Saint-Jean au lieu de Tadoussac

Des bateaux sont amarrés au quai de Tadoussac.

Le simple fait de devoir attendre le bateau à Tadoussac pousse déjà certains passagers potentiels à se chercher un plan B.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Jean-Marie Chouinard est à l’origine d’un mouvement de boycottage en ligne. En misant sur les réseaux sociaux, ce citoyen de la Côte-Nord souhaite inciter les automobilistes désireux de faire le trajet entre sa région et celle de la Capitale-Nationale à éviter d’emprunter le traversier à Tadoussac.

À la place, il les invite à se tourner vers les routes 172 et 175.

L’offensive de M. Chouinard sur le web se veut une façon pour lui d’exercer de la pression sur la classe politique.

Ce citoyen de Sept-Îles tente de rallier un maximum de conducteurs à sa cause dans l’espoir de les convaincre de la pertinence de construire un pont à Tadoussac.

Interrogé à ce sujet, le député péquiste de la circonscription de René-Lévesque, Martin Ouellet, a affirmé être ouvert à la réalisation d’une étude portant sur ce projet.

Le Parti Québécois est convaincu que, s’il y avait un pont sur la rivière Saguenay, ce serait plus fluide et sécuritaire. Il y aurait moins de coûts pour le transport des marchandises et pour celui des personnes, soutient-il.

Bien avant que Jean-Marie-Chouinard ne lance son offensive en ligne, des associations, comme la Coalition Union 138 et la Société du pont sur le Saguenay, plaidaient déjà en faveur de l’érection d’un tel ouvrage à Tadoussac.

Ces organisations ne souhaitent pas se prononcer au sujet de l’appel au boycottage, ni s’associer à ce mouvement.

Avec les informations de Flavie Villeneuve

Saguenay–Lac-St-Jean

Infrastructures