•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyée spéciale
  • Quand la menace de Pékin plane sur les libraires de Hong Kong

    Daniel Lee présente un livre à la caméra.

    Le libraire Daniel Lee posant avec un livre sur le massacre de la place Tiananmen, interdit de vente en Chine.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Rencontré par la chef d'antenne du Téléjournal de Radio-Canada Céline Galipeau lors de son séjour à Hong Kong, le libraire Daniel Lee rappelle que le simple fait de vendre des livres constitue une menace pour Pékin.

    Nous avons déjà vu par le passé des libraires se faire enlever, être ramenés en Chine et se faire accuser injustement, lance Daniel Lee. Je devrais m’inquiéter de beaucoup de choses!

    Le jeune libraire fait notamment référence à la vague de disparitions de collègues dans la métropole asiatique depuis 2014.

    Pékin ayant décidé de s’attaquer à certains livres et magazines étrangers, les libraires qui vendent ces ouvrages à Hong Kong – qui a pourtant son propre système juridique – sont la cible du Parti communiste.

    Je vends des livres aux habitants de la Chine continentale, explique Daniel Lee. Nous avons fait livrer des livres sur le continent et c’est contre les lois là-bas parce qu’il y a beaucoup de livres qui y sont bannis. Alors ils pourraient nous arrêter et nous poursuivre.

    En 2015, les disparitions consécutives de cinq employés d’une maison d’édition de Hong Kong avaient fait grand bruit.

    Une affiche sur un mur présentant des photos de cinq libraires portés disparus à Hong Kong.

    Des libraires mystérieusement disparus à Hong Kong en 2015.

    Photo : Getty Images / Lam Yik Fei

    L’éditeur en question, Sage Communications, était reconnu pour avoir publié plusieurs livres s’intéressant à la vie privée de dirigeants chinois. Selon le quotidien anglais The Guardian, l’une des personnes disparues en 2015 travaillait sur un livre à propos du président chinois Xi Jinping.

    Nous avons entendu des histoires de libraires qui se font appeler par les autorités pour se faire dire qu’ils devraient considérer une réorientation de carrière, de fermer leur librairie, raconte Daniel Lee, qui précise ne pas avoir été rencontré personnellement par les policiers de Hong Kong.

    Culture et libertés individuelles

    Il n’en demeure pas moins qu’il observe une lente érosion des libertés individuelles dans l’ancienne colonie britannique, rétrocédée à la Chine en 1997.

    Nous voyons une évolution dans toutes nos libertés, comme pour la liberté d’expression. Mais les choses changent doucement, discrètement, note-t-il tout en ajoutant que cette offensive de la part de Pékin cache un objectif de contrôle.

    C’est politique, en fait, parce qu’en laissant [vivre] une autre culture, une autre identité, c’est une manière de permettre la critique envers la Chine continentale, observe Daniel Lee.

    Celui qui vend des livres dans la métropole depuis près de 12 ans estime que la défense des valeurs démocratiques à Hong Kong sert aussi à préserver une identité qui est propre à l’ancienne colonie.

    Certaines personnes veulent également défendre notre identité parce qu’une des manières avec lesquelles la Chine assure un contrôle sur Hong Kong, c’est en érodant notre identité, explique le libraire. Ils changent la langue qui est enseignée à l’école primaire. Depuis longtemps, nous enseignons le cantonais et maintenant ils veulent que cela soit le mandarin. Ça m’inquiète.

    C’est comme si, au Québec, vous deviez parler uniquement en anglais.

    Daniel Lee, libraire à Hong Kong

    S’il ne sait pas comment le conflit politique actuel peut se terminer, Daniel Lee montre du doigt le gouvernement chinois pour la crise qui secoue la métropole depuis plusieurs semaines.

    Il y a 10 ou 20 ans, nous ne sentions pas ce genre de menace, nous n’étions pas opposés à faire partie de la Chine, car elle ne nous imposait pas son système, analyse-t-il. C’est seulement parce que nous faisons [maintenant] face à cette pression que nous devons nous tenir debout pour notre culture.

    Politique internationale

    International