•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le barrage déversoir de Saskatoon devrait être détruit, selon un arpenteur-géomètre

L'eau d'une rivière se déverse en aval d'un mur qui s'étend d'une rive à l'autre formant une zone de remous.

Le barrage déversant de la rivière Saskatchewan sud a été construit en 1939.

Photo : Radio-Canada / Courtney Markewich

Annick Forest

Le « Weir  », le barrage déversoire sur la rivière Saskatchewan sud qui scinde Saskatoon en deux, devrait être détruit, selon l'auteur de plusieurs livres sur son histoire et son avenir, Paul Van Pul.

L'auteur qui est également arpenteur-géomètre hydrologue, s'intéresse depuis longtemps au barrage déversant de Saskatoon.

Il note que celui-ci a été construit en 1939 afin d'offrir du travail aux ouvriers, même si la Grande dépression était presque terminée.

Le saviez-vous?

« La Grande Crise a été provoquée par le krach du marché boursier du 29 octobre 1929. Dix ans plus tard, le 3 septembre 1939, elle s’est terminée de façon tout aussi spectaculaire avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. La pauvreté et la désolation qui ont marqué les années 1930, résultant du chômage, de la sécheresse et de l’absence d’un filet de sécurité sociale, ont complètement transformé le système d’aide sociale au Canada. » Source : Statistique Canada

« Ce mur de béton a 80 ans et il fait son âge. [...] Aujourd'hui, il n'a plus raison d'être, si ce n'est que de servir de piège à limon », affirme-t-il dans une lettre d'opinion.

Le jour arrive où il est simplement mieux de le détruire.

Paul Van Pul

Quand il a été construit, le barrage se trouvait à l'extérieure de la zone urbanisé de Saskatoon, mais aujourd'hui il est en plein centre-ville, souligne M. Van Pul qui ajoute que le barrage empêche les citoyens de pleinement profiter de la rivière pour y faire du kayak ou du canoë par exemple.

Sans barrage, la Ville pourrait adopter un système de transport en commun riverain, comme c'est le cas à Rotterdam, Copenhague et Bankok, note l'arpenteur-géomètre hydrologue. Il croit qu'un tel système pourrait éviter la construction de ponts supplémentaires.

Le débit de la rivière a beaucoup diminué, mais cela pourrait permettre d'établir quelques zones de récréation riveraines, note Paul Van Pul.

Presque tout le monde aimerait marcher nu-pieds dans le sable le long de la rive, nager en toute sécurité dans la rivière l'été ou encore y patiner en hiver.

Paul Van Pul

Une solution désuète avant d'avoir été mise en oeuvre

D'autre part, le projet de transformer le barrage déversant en petit barrage hydroélectrique qui à l'étude par le conseil municipal de Saskatoon depuis près de 10 ans est devenu désuet, soutient M. Van Pul.

Ce dernier affirme qu'il serait coûteux de faire les travaux nécessaires à cette transformation et que des études ont démontré qu'il n'y a plus assez de courant dans la rivière à la hauteur du barrage pour que la production d'énergie y soit efficace.

« Les innovations en production de l'énergie évoluent à une vitesse telle que nous risquons de nous menotter à une vieille solution pour les quatre prochaines générations de citoyens de Saskatoon. S'il existe une solution plus douce pour l'environnement, le conseil municipal devrait s'y attarder », conclut-il.

Avec les propos tenus par Paul Van Pul dans une lettre d'opinion

Saskatchewan

Urbanisme