•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ours terrorisent un quartier de Fort McMurray

Un ours noir marche dans la cour arrière d'une maison. Près de lui une poubelle est renversée.

Un des ours apperçus dans le quartier Abasand.

Photo : Natasha Humphries

Radio-Canada

Des résidents du quartier Abasand à Fort McMurray s’inquiètent de la présence d’ours qui semble, selon eux, de plus en plus fréquente.

Mitzy Bridges fait partie de ceux-ci. Elle est née à Fort McMurray et y a vécu toute sa vie. Elle n’a jamais vu autant d’ours dans la municipalité.

J’ai l’impression d’être dans les montagnes à faire une randonnée dans l’arrière-pays, s’exclame-t-elle.

Il y a quelques semaines, son mari s’est retrouvé face à face avec un ours qui fouillait dans les poubelles.

Inquiète pour la sécurité de ses enfants, elle exige que ceux-ci, âgés de 5 et 8 ans, portent sur eux en tout temps un sifflet pour faire peur aux ours lorsqu’ils vont jouer dehors.

Une femme debout devant une maison. Près d'elle se trouve un garçon sur sa bicyclette.

Mitzy Bridges exige que ses enfants aient sur eux un sifflet pour faire peur aux ours lorsqu'ils sont à l'extérieur.

Photo : Radio-Canada / Jamie Malbeuf

Mitzy Bridges et sa famille ne sont pas seuls à s’inquiéter de la présence des ours à Fort McMurray.

Tina Whitford est mère de quatre enfants. La famille vit dans le quartier Abasand.

J’ai peur. Si un ours décide d’attaquer, il n’y a rien que je peux faire pour nous protéger, dit-elle.

Une femme debout dans un stationnement. Près d'elle se trouve un enfant dans un charriot.

Tina Whitford a toujours eu peur des ours.

Photo : Radio-Canada / Jamie Malbeuf

Tina Whitford explique que Fish and Wildlife vient constamment dans le quartier pour déplacer les ours. Ça ne change pas grand chose. D’autres apparaissent constamment, souligne-t-elle.

Pas plus d’ours

Selon Fish and Wildlife, il n’y a pas d’augmentation du nombre d’observation d’ours noirs dans la municipalité régionale de Wood Buffalo.

Depuis le début de l’été, 18 ours ont dû être euthanasiés parce qu’ils étaient trop confortables près des humains ou montraient un comportement agressif et 32 autres ont été relocalisés.

Au loin, un ours adulte et un bébé sont dans des herbes hautes près d'arbres.

L'une des récentes observations d'ours où une femelle a été vue avec son petit dans le quartier Abasand.

Photo : Amanda Pryer-Dybala

Depuis le début de 2019, un total de 164 observations d’ours ont été rapportés concernant 250 animaux ce qui est, selon Fish and Wildlife, dans la moyenne.

Au pays des ours

Selon la fondatrice de Bear Safety and More, Kim Titchener, les incidents avec les ours en milieu urbain à Fort McMurray ne sont pas la preuve que la population d’ours est en augmentation.

On vit sur leur territoire, rappelle-t-elle.

Kim Titchener croit toutefois que le feu qui a ravagé une partie de Fort McMurray en 2016, dont le quartier Abasand, pourrait expliquer pourquoi les observations d’ours dans ce quartier semblent plus fréquentes.

Quand les arbres brûlent, ils laissent la place pour que des baies, des fleurs et des trèfles poussent. S’il y a plus de baies, il y aura plus d’ours, souligne-t-elle.

Avec les informations de Jamie Malbeuf

Alberta

Nature et animaux