•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changements de politiques à UNB: des étudiants inquiets

UNB rétablira son équipe féminine de hockey à temps pour la saison 2018-2019.

Un établissement de l'Université du Nouveau-Brunswick.

Photo : CBC/Daniel McHardie

Jessica Savoie

L'Université du Nouveau-Brunswick a contacté ses étudiants le 14 août concernant de nouveaux changements apportés à leurs politiques, moins d'un mois avant le début des classes.

Plusieurs étudiants à temps partiel de l'Université du Nouveau-Brunswick ont eu toute une surprise il y a une semaine, quand ils ont appris qu'ils devraient dorénavant payer les mêmes droits de scolarité que ceux inscrits à temps plein.

Dès septembre, les étudiants qui suivront neuf heures de cours seront considérés comme des étudiants à temps plein, tant au niveau financier qu'au niveau académique et institutionnel.

Auparavant, ces étudiants pouvaient être considérés à temps plein académiquement, mais à temps partiel au niveau des finances, ce qui leur permettait de payer selon le nombre de cours auxquels ils étaient inscrits.

Un garçon avec des lunettes regarde la caméra avec un demi sourire.

L'Université du Nouveau-Brunswick a contacté ses étudiants le 14 août, moins d'un mois avant le début des classes.

Photo :  CBC

Je suis foutu. C'est la première chose que je me suis dit.

Chris Kim, étudiant de quatrième année en ingénierie

Chris Kim est l'un des étudiants touché par ces changements. Il s'est dit très surpris et offusqué par la décision de l'institution.

Arrivé de la Corée du Sud il y a trois ans pour poursuivre des études en ingénierie, il ne lui reste qu'une seule année pour compléter son programme. Avec la hausse de ses droits de scolarité, il ne sait pas s'il pourra compléter son baccalauréat.

C'est par courriel qu'on lui a appris qu'il devrait débourser  9 200 dollars comparativement à 3 500 dollars, les dernières années.

J'était vraiment furieux, vraiment frustré parce que tous mes plans, ils les ont ruinés, dit-il.

Il a communiqué avec UNB pour voir quelles étaient ses options et pour trouver de l'aide. On lui a proposé de ne prendre que quatre cours en automne et deux en hiver, ce qui lui permettrait de ne payer qu'un semestre à temps plein. Il s'est donc inscrit à quatre cours, car selon lui, aucune autre option ne lui a été offerte.

On lui a conseillé de s'inscrire au programme d'aide financière, qui offre de nombreuses bourses d'études, mais il indique que la date limite de plusieurs de ces bourses financières est déjà passée.

S'ils nous auraient dit avant le début de l'été j'aurais au moins eu la chance de mieux prévoir mon année, dit l'étudiant.

Faire comme les autres universités

George MacLean, vice-président académique, défend son université en indiquant que cette décision est le résultat d'une étude d'un an menée à l'interne.

Cette étude a démontré, selon lui, que l'Université du Nouveau-Brunswick est la seule dans la région à présenter des différences entre les définitions académiques et financières de son institution.

Un homme dans son bureau.

George MacLean est vice-président académique à l'Université du Nouveau-Brunswick.

Photo :  CBC

Jusqu'à présent, les étudiants suivaient trois cours, mais ils devaient suivre quatre cours pour être considérées financièrement à temps plein, indique M. MacLean.

Cela signifiait que les étudiants qui ne suivaient pas quatre cours n'étaient pas éligibles pour toute une série d'avantages et bénéfices.

Les étudiants touchés par ce changement auront donc accès aux assurances de soins de santé et de soins dentaires de UNB. Il indique que seulement 6% de la population étudiante de l'Université du Nouveau-Brunswick sont visés par cette mesure.

George MacLean dit comprendre les inquiétudes des étudiants, mais il indique que l'institution n'a pas été en mesure de les contacter avant la semaine dernière.

Une fille devant l'université.

Une représentante de l'association étudiante de l'Université du Nouveau-Brunswick, Grace Mangusso.

Photo :  CBC

Il a aussi indiqué que l'association étudiante de UNB comprenait leur décision et trouvait l'idée excellente.

Dans un communiqué de presse, l'association étudiante nie avoir été contactée par l'université à ce sujet et dit être profondément inquiète de cette situation.

Elle ne se réjouit pas du moment de l’année où cette nouvelle a été rendue publique, soit le jour avant la fermeture des demandes d’aide financière pour l’automne prochain. 

L’association étudiante soutient que l’impact de ce changement sera néfaste pour certains de ses étudiants. 

Avec les renseignements de CBC

Nouveau-Brunswick

Enseignement universitaire