•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Île d'Orléans : au tour de l'UPA de s'indigner contre le ministère de la Culture

Vue sur un champ vert et une maison ancienne.

Vue d'un champ sur l'île d’Orléans, près de Québec.

Photo : iStock

David Rémillard

L'Union des producteurs agricoles de l'île d'Orléans déplore qu'aucun assouplissement n'a été annoncé pour les agriculteurs, qui vivent également des problèmes depuis l'adoption du plan de conservation du site patrimonial.

L'UPA de l'île d'Orléans, qui représente 288 producteurs, s'est dite consternée d’apprendre que rien n’ait été prévu [pour les agriculteurs] dans les mesures d’assouplissement du Plan de conservation de l’île d’Orléans, annoncées cette semaine par la ministre de la Culture, Nathalie Roy.

Le président de la section régionale de l'UPA, François Blouin, rappelle que les producteurs agricoles et acéricoles de l'île sont aussi soumis à plusieurs contraintes depuis l'entrée en vigueur du plan de conservation en 2017.

Exigences concernant la taille des bâtiments agricoles, leur emplacement et les matériaux utilisés, contraintes en lien avec le creusage du sol, coûts additionnels et délais importants pour le traitement des demandes d’autorisation ne sont que quelques exemples, énumère l'UPA par voie de communiqué.

Certaines mesures du Plan de conservation nuisent considérablement au travail des producteurs agricoles

Extrait d'un communiqué de l'UPA de l'île d'Orléans

M. Blouin déplore également la portée du ministère de la Culture, qui va jusqu'à intervenir dans des demandes de subventions des producteurs au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ).

On demande aux producteurs d’adopter des meilleures pratiques environnementales, et quand vient le temps de déposer une demande au Programme Prime-Vert du MAPAQ, il faut attendre l’approbation du ministère de la Culture, qui va jusqu’à décider du choix des arbres à planter dans nos haies brise-vent!, s’indigne François Blouin.

L’UPA espère qu'elle sera entendue auprès du ministère de la Culture et s'engage à participer à la réflexion entamée concernant le Plan de conservation du site patrimonial de l'île d'Orléans.

Québec

Agriculture