•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edmonton veut mieux communiquer avec les usagers du transport en commun

Un train léger traverse un passage à niveau.

Le train léger à Edmonton.

Photo : Lydia Neufeld/CBC

Radio-Canada

Dans la foulée de la modernisation de ses transports collectifs, Edmonton étudie différents moyens pour communiquer à ses usagers les horaires, les retards et les autres informations touchant les services d’autobus et de train léger.

Outre ce qui touche les changements d’horaires et les différents événements qui surviennent sur le réseau, la Ville souhaite également revoir la signalisation afin de mieux identifier, par exemple, les points de transfert.

Pour le conseiller municipal Aaron Paquette, ces améliorations sont attendues depuis longtemps. « On pourrait faire beaucoup, beaucoup mieux », s’exclame-t-il.

Selon lui, une signalisation plus claire et mise à jour en temps réel donnerait un fier coup de main aux usagers.

Un rapport à l’étude

Le comité d’urbanisme de la Ville doit bientôt se pencher sur le rapport du Comité consultatif sur le système de transport en commun d’Edmonton.

Le directeur des stratégies d’affaires de l’organisme responsable des transports collectifs, Marc Lachance, indique que la Ville s’intéresse à différents moyens de communiquer l’information à l’ère du numérique.

Parmi les possibilités technologiques à explorer, la ville songe à intensifier sa présence sur Google et certains réseaux sociaux, en plus de bonifier son site web et d’installer des panneaux affichant l’état du service.

« Quand on rénove nos stations, on pense aux plateformes numériques qu’on pourrait y intégrer pour mieux communiquer avec les usagers », explique-t-il.

Outre l’affichage dans les stations, la Ville étudie aussi la possibilité de lancer des alertes par texto, note le conseiller Aaron Paquette.

Tous ces moyens permettraient aux autorités de faire connaître aux usagers l’état du service et les trajets de remplacement lorsqu’il y a interruption de service.

« C’est n’importe quoi »

Lors d’une la panne touchant la ligne Capital du train léger causée par un problème électrique, vendredi, la Ville a publié une alerte sur les réseaux sociaux et sur son site web, mais les usagers déjà présents aux stations du train léger se sont senti laissés pour compte.

Cathy Lifeso, une passagère du train léger, aurait aimé être informée de l’existence d’un service temporaire d’autobus.

« Quand le train ne fonctionne pas, c’est la confusion. Les gens restent là et attendent, faisant circuler une rumeur sur l’emplacement des arrêts du service temporaire », explique-t-elle.

« C’est n’importe quoi », peste Oleg Koulak. Quand un train a fini par arriver à la station où il attendait, vendredi matin, ce train s’est immobilisé pendant 20 minutes sans explication, soutient l’infirmier.

Selon lui, aucun message n’a été lancé aux usagers.

Avec les informations de Natasha Riebe

Alberta

Transport en commun