•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Géolocaliser des chèvres de montagne pour en assurer la survie

Deux chèvres des montagnes dans une zone montagneuse escarpée.

« La chèvre de montagne doit travailler très fort pour trouver les quelques touffes d’herbe qui poussent à haute altitude, où elle passe la majeure partie de sa vie. Cette bête agile se classe parmi les meilleurs alpinistes du monde. » source : pc.gc.ca

Photo : Parcs Canada

Annick Forest

La plus petite population de chèvres de montagnes de la Colombie-Britannique est désormais suivie à la trace pour tenter de mieux la protéger.

Plus de la moitié des près de 100 000 chèvres de montagnes de la planète Terre déambulent dans les montagnes de la Colombie-Britannique.

Le territoire de la plus petite population de ces chèvres de montagnes se trouve dans le parc provincial Cathedral dans le centre-sud de la province sur la frontière avec les États-Unis.

La beauté pittoresque de ce parc attire de nombreux campeurs et amateurs de randonnée en arrière-pays, mais leur présence change les habitudes des chèvres de montagnes. Celles-ci sont friandes de sel, dont elles ont besoin pour leur survie, et elles ont trouvé une nouvelle source de ce minéral dans l'urine et les vêtements imprégnés de sueur des randonneurs.

Les gestionnaires du parc veulent éviter des confrontations malheureuses entre les humains et ces mammifères cornus aux tendances territoriales. Ils ont donc décidé d'étudier de plus près cette population de chèvres de montagnes peu connue.

En avant-plan, des randonneurs descendent une piste située sur une crête de montagne. En arrière-plan, des montagnes.

Le parc provincial Cathedral est connu pour une de randonnée de 14 km qui suit la crête entourant une cuvette et offrant un panorama pittoresque des montagnes environnantes.

Photo : Radio-Canada / Annick R Forest

Pour ce faire, des scientifiques et des techniciens de la Première Nation Lower Similkameen ont attrapé 10 chèvres entre la fin juin et le début juillet et leur ont passé un collier avec une puce permettant la géolocalisation. Ces colliers ont une durée de vie de trois à quatre ans et envoient un signal toutes les six heures permettant aux scientifiques de suivre le déplacement des chèvres.

Les scientifiques veulent ainsi déterminer leur habitat d'hiver et permettre de gérer les activités et le développement du parc de façon à mieux protéger les chèvres de montagne.

Les colliers géolocalisateurs permettront aussi de suivre les chèvres qui pourraient être plus agressives envers les visiteurs du parc et leurs émanations salées.

Colombie-Britannique et Yukon

Protection des espèces