•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Auditions XXX à Québec : le producteur fait fi des avertissements de la Ville

Deux hommes entrent dans le bar St-Josef, à Québec

Des auditions XXX se sont tenus au bar St-Josef samedi soir, malgré les avertissements de la Ville de Québec.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

David Rémillard

La boîte de production pornographique AD4X a fait fi des avertissements du maire de Québec, Régis Labeaume, et a tenu des auditions XXX dans la capitale samedi soir.

Les auditions ont eu lieu dans une limousine installée sur le terrain du bar St-Josef.

Au passage de Radio-Canada, seule une quarantaine de personnes se trouvaient près de l'établissement du boulevard Bastien, loin des 200 attendues par le producteur montréalais.

Ce dernier a martelé que toutes les activités de son entreprise étaient parfaitement légales.

On en a fait au-dessus de 20 depuis 5 ans dans toutes les villes du Québec. Donc si c'était pas légal, ils nous auraient arrêtés, a lancé Mathieu Paré quelques heures avant la tenue de l'événement. Il a assuré qu'il n'y aurait aucune sexualité dans le bar et que tout se déroulerait dans la roulotte, qui s'est finalement avérée être une limousine.

Toutes les fois qu'il y a de la controverse, c'est dans une ville dans laquelle on va pour la première fois

Mathieu Paré, réalisateur et producteur, AD4X

C'est fermé, on voit rien. On n'entend rien. Donc toutes les questions de voisinage qui vont nous entendre, ce n'est pas vrai. On n'entend rien. On va voir du monde sortir et rentrer. Mais ce qui se passe à l'intérieur, personne ne va rien voir, avait-il ajouté.

Les auditions XXX se sont finalement déroulées dans cette limousine

Les auditions se sont finalement déroulées dans cette limousine.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

La police de Québec a assuré une surveillance au cours de la soirée. Aucun incident n'avait été signalé à 21 h 30.

La Ville condamne

Plus tôt cette semaine, le maire de Québec, Régis Labeaume, a prévenu qu'il y aurait des conséquences financières pour l'entreprise de pornographie ainsi que pour le bar qui a accepté de l'accueillir.

Ils vont déroger à des règlements municipaux et il y aura des conséquences... et des conséquences financières. Visiblement, il y aura des amendes de données non seulement à ceux qui organisent l'événement, mais aussi au bar, avait-il prévenu.

Les élus de la Ville de Québec ont unanimement condamné la tenue de cet événement sur son territoire. Elle n'a toutefois que très peu de leviers pour l'annuler.

Le propriétaire du bar et le promoteur s'exposent à des amendes d'un maximum de 2000 $ chacun pour avoir contrevenu au zonage. C'est là le maximum que peut faire la Ville.

Des groupes de femmes dénoncent

Cette audition pour recruter des acteurs pornographiques à Québec a aussi été dénoncée par de nombreux organismes, dont le Collectif d'aide aux femmes exploitées sexuellement.

Ce que je déplore, et ce qui a été peu abordé, c'est la violence liée à l'exploitation sexuelle qu'il y a derrière ça, a commenté Rose Sullivan Laplante, cofondatrice du collectif.

Cette dernière, ainsi que les femmes membres de l'organisme, soutiennent qu'il n'y a pas de différence entre la pornographie et la prostitution. Il y a des lois qui existent, qui interdisent la prostitution, du moins l'achat de services sexuels tarifés, qui semblent ignorées parce qu'il y a une caméra qui filme.

Mme Sullivan Laplante déplore ce qu'elle voit essentiellement comme un gros coup de marketing qui banalise l'industrie du sexe et fait la promotion de la culture du viol.

Québec

Société