•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête sur Patrik Mathews : la chaîne de commandement local n'était pas au courant

Un homme devant une maison.

Patrik Mathews, soupçonné d'être lié à un groupe haineux, a été vu devant sa maison de Beauséjour mardi. La GRC a perquisitionné dans cette maison et y a saisi des armes lundi soir.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada

Le commandant des Forces armées canadiennes basé à Winnipeg ne savait pas qu’une enquête avait été ouverte concernant l’un de ses membres.

Le ministère de la Défense nationale a reconnu ne pas avoir informé la chaîne de commandement local dans le but de protéger la vie privée de Patrik Mathews ainsi que l’intégrité de l’enquête.

Le caporal-chef et réserviste Patrik Mathews est soupçonné d’avoir des liens avec un groupe haineux, ce qui contrevient au code de conduite des Forces armées canadiennes. 

Selon le chef d'état-major de la Défense nationale, le général Jonathan Vance, les forces armées canadiennes ont pris connaissances des allégations au printemps.  Une enquête a ensuite été ouverte. Aucune accusation n’a encore été portée.

Patrik Mathews serait impliqué au sein du groupe extrémiste The Base. Le groupe se décrit comme une organisation de nationalistes blancs et de survivalistes. Il est présent surtout aux États-Unis, mais tente de s'implanter au Canada.

Avec des informations de Dana Hatherly

Manitoba

Justice et faits divers