•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle fusillade à Toronto : 4 blessés et des balles perdues

Des voitures de patrouille de police bloquent l'accès à une rue en plein milieu de la nuit dans le quartier nord-est de Toronto, North York. Les feux de circulation sont verts. Il y a aussi une banderole de sécurité jaune pour bloquer l'accès à  cette intersection de rues.

La police a déclaré que plusieurs coups de feu avaient été tirés près des avenues Marlee et Glencairn.

Photo : Radio-Canada / Jeremy Cohn

Radio-Canada

Après une fusillade qui a fait quatre blessés, tôt samedi matin, dans le nord-est de Toronto, la police de Toronto recherche trois suspects qui ont ouvert le feu et un chauffeur.

Plus de 30 balles ont été tirées, avec au moins une victime qui a répliqué aux tirs en dégainant une arme à son tour, a déclaré le chef de la police, Mark Saunders, qui croit que la fusillade était ciblée et liée aux gangs de rue. Selon lui, il s'agit de représailles.

La police pense toutefois que l'une des victimes était au mauvais endroit au mauvais moment, a déclaré M. Saunders.

La fusillade s'est passée dans le quartier Glen Park, près des avenues Marlee et Glencairn à North York, vers 1 h.

Des coups de feu ont été tirés dans un parc de stationnement et une balle a notamment traversé la fenêtre d'un appartement du voisinage.

J'ai eu très peur

Walli Mohammad était en train de regarder un film avec ses deux enfants, et s'apprêter à passer une tétine à sa jeune fille quand il a entendu un grand boum.

Il a alors immédiatement saisi ses enfants et leur a demandé, ainsi qu'à sa femme qui se tenait dans la pièce voisine, de s'allonger par terre au cas où il y aurait d'autres balles perdues.

La balle qui a traversé son appartement est allée se loger dans la télévision.

Un homme devant sa télévision avec un impact de balle sur l'écran brisé.

Walli Mohammad confie avoir réalisé avoir vraiment évité le pire en voyant la balle logée dans sa télévision.

Photo : CBC

Walli Mohammad a déclaré que sa famille et lui avaient quitté l'Afghanistan pour fuir la violence, mais qu'il ne se sent maintenant plus en sécurité ici, à Toronto.

J'ai entendu tellement de coups de feu!

Walli Mohammad

Quand j'ai vu la télévision, oh, mon Dieu, j'ai eu très peur, confie-t-il.

Des véhicules ont également été endommagés.

Selon le chef de police, les suspects sont arrivés sur les lieux dans un véhicule de couleur foncée, trois personnes sont sorties et ont tiré des coups de feu avant de retourner dans le véhicule où le chauffeur attendait et ils ont ensuite pris la fuite.

Une voiture donc les vitres à l'avant ont été brisées. La voiture est noire, on la voit en gros plan, il y a une banderole jaune de sécurité policière pour bloquer son accès. Il y a aussi un impact de balle dans le pare-brise.

La brutalité de la fusillade est « troublante », a déclaré l'inspecteur Jim Gotell.

Photo : Radio-Canada / Jeremy Cohn

À leur arrivée les policiers ont trouvé deux victimes sur les lieux, blessées. Elles ont été conduites à l'hôpital, mais on ne craint pas pour leur vie.

Une troisième victime a appelé la police deux heures plus tard pour expliquer qu'elle se cachait dans des toilettes chimiques, a fait savoir l'inspecteur Jim Gotell.

La victime était aussi blessée par balle et a été transportée à l'hôpital avec des blessures ne mettant pas sa vie en danger.

Une quatrième personne est aussi allée à l'hôpital avec une blessure par balle considérée comme étant mineure.

Des gobelets en plastique comme indicateurs au sol pour montrer où ont été retrouvés les douilles des balles tirées. La scène se situe dans un parc de stationnement.

Des gobelets en plastique recouvrent les douilles retrouvées sur les lieux.

Photo : Radio-Canada / Jeremy Cohn

Une fusillade d'une rare intensité

Selon Jim Gotell, la brutalité de cette fusillade est troublante, notamment en raison des dommages collatéraux sur les véhicules garés à proximité, mais aussi cette balle qui est arrivée dans une résidence.

Cela s'est passé sans aucune considération pour la sécurité des personnes qui vivent dans les environs, s'est inquiété l'inspecteur.

Mark Saunders s'attend à des représailles à court terme de la part d'un gang rival.

C'est très réactif, tout est planifié quand ces genres de choses se produisent. Ma crainte est qu'ils n'ont aucun respect pour le reste de la population, a déclaré le chef de police. Quand on vit dans une ville de trois millions de personnes, malheureusement, il y a des gens qui vont être exposés au danger.

Mark Saunders demande aux citoyens de demeurer prudents et de rapporter tout événement suspect aux policiers ou auprès de l'organisme Échec au crime.

Toronto

Crimes et délits